Login | Join/Renew

Calls for Papers/Contributions

CFP: Staging the Truce in Early Modern History and Literature

Submitted by ccarlin on 23 March 2017 - 10:44am

Université Toulouse Jean Jaurès, 27th October 2017. (deadline: 1st June 2017)

Timothy Hampton reprises Grotius’ definition of truce as “the slumber of war” to show how early modern European playwrights staged that moment of negotiation as a paradox, as “an action that spends action, and by that very gesture reinstates power as potentiality” (Early Modern Diplomacy, Theatre and Soft Power, Palgrave, 2016, 28). A truce is thus a true moment of action, but an action that runs in parallel to a continuing state of war.

However, it seems even nowadays to be confused with or taken as a form of static procrastination. If its outcome can prove sterile, the concept of truce and its performance should not be dismissed as fruitless. On the contrary, truce should be seen, as later suggested by Carl von Clausewitz, as an opportunity to be seized. This conference wishes to examine truce, its distinctive nature, and to see beyond its mere use as a delaying tactic. If moments of truce are often recounted, their operational dynamic is often overlooked. Hence, this conference wishes to investigate the form, the assets and the challenges of truce in early modern political and religious conflicts. It intends to test the viability of this fundamental concept by confronting historical instances and literary representations of truce.

The conference will thus focus on the form and on the agents of truce during historical conflicts as well as the way literature and especially theatre represented and even tested this moment of the “suspension of the actions of war”. The conference will emphasise not only the temporal nature of truce, but its practical and concrete aspects. The conference will also focus on the shortcomings of the concept and the practice of truce, and forensic papers on the failure of episodes of truce are sought. We welcome papers examining early modern European and non-European literature and/or history and dealing with the following issues (non-exhaustive list):

  • the legal forms and languages of truce: how the Roman, canon and feudal laws considered truce
  • historical episodes of truce: the conclusion of truce and treaties, and the viability of a truce
  • the use of art as a form of truce, as a moment of suspension which gives the opportunity of a debate, a dialogue or a resistance
  • material methods of truce: art, printing, editorial projects, literature, gift-giving etc.
  • the dramaturgy of truce in historical negotiations, on the early modern stage
  • the role of truce in literature, in specific genres such as the epic, the tragic and the tragicomic genres
  • the agents of truce: official and non-official agents, ambassadors, traders, marginal political figures...
  • the specificity of truce in religious conflicts: do the form and the method of truce change in the context of religious conflicts?
  • truce and “perpetual negotiation”: Richelieu’s concept and the truce
  • peace and truce: difference or synonymy in terms of action and representation

Please send 300–500-word abstracts and a short bio to nrivere@univ-tlse2.fr, jeanne.mathieu1@gmail.com and nathalie.vienne-guerrin@univ-montp3.fr by 1st June 2017. Confirmation of acceptance by 15th June 2017.

CFP: The Gender of Sovereignty In European Politics and Aesthetics

Submitted by ccarlin on 21 March 2017 - 11:56am

International Conference KU Leuven | 18-20 December 2017

Deadline for proposals: 1 August 2017

The conference on the gender of sovereignty in European politics and aesthetics wants to bring together investigations that revisit issues of gender and sovereignty from a variety of disciplines. The historical scope of the conference ranges from the beginnings of modernity to the present. We invite papers that address imaginations of sovereignty in political and cultural discourse either through case-studies or in comprehensive analyses envisioning a modified history. Topics of interests include but are not restricted to:

Women's sovereignty in politics, the arts and different media and performances: cases, modifications and ambivalences

Metonymies of sovereignty (in civic life and cultural networks)

Fantasies of female rule in intellectual or poetical discourse

Gender, authority and literary and artistic genres

Beyond the public eye: experiences and reflections of power in correspondence, diaries and memoirs

History and historiography: from historicism to biopolitics

Pathological scripts of female rule

Bodies of female rule

To submit a proposal, go to http://thegenderofsovereignty.be/papers.html

Source: Fabula

 

Call for Nominations, SSEMW Awards

Submitted by ccarlin on 21 March 2017 - 11:49am

Deadline: 7 April 2017

The Society seeks nominations for awards for scholarly work published or completed in the previous year. Any work on women and gender in the early modern period (ca. 1450-1750) is eligible.

• Book Award

• Essay or Article Award
• Josephine Roberts Award for a Scholarly Edition
• Scholarly Edition in Translation Award
• Teaching Edition Award
• Graduate Student Conference Presentation Award
• Collaborative Project Award (Edited Collections of Essays, etc.)
• Digital Scholarship, New Media, & Art Award (Web-based projects, exhibitions, concerts, productions of plays, etc. Note: Since such projects often do not have a single date of publication, nominations are accepted for projects operating in 2017.)

 

To nominate a book from 2016 for an award to be presented in 2017, please

 
1. Enter the contact information and full bibliographical information for each nomination in this form (or copy and paste the URL in the browser: https://goo.gl/forms/5KQJMG5loxY7L1yt1)
2. Send one copy of the book to each reviewer in a sub-committee by April 7, 2017

 

Book Award sub-committee

Dr. Amy Leonard Dept of History, Georgetown University, 37th and O St NW, Washington DC 20057 Dr. Jessica Deldago Department of Religion, 1879 Hall Washington Road, Princeton, NJ 08544 Dr. Amanda Herbert Folger Shakespeare Library, 201 E. Capitol St. SE, Washington DC 20003

 

Josephine Roberts Award for a Scholarly Edition sub-committee

Dr. Melinda Gough Dept. of English & Cultural Studies, McMaster University, 1280 Main St. W., Hamilton ON Canada L8S 4L9 Dr. Ping-Yuan Wang Ohio University Lancaster, 1570 Granville Pike, Lancaster, OH 43130

 

Scholarly Edition in Translation Award sub-committee

Dr. Amy Leonard Dept of History, Georgetown University, 37th and O St NW, Washington DC 20057 Dr. Bruce Edelstein Villa La Pietra, via Bolognese 120, 50139 Firenze, Italy 
Teaching Edition Award sub-committee
Dr. Melanie Marshall Dept of Music, University College Cork, College Road, Cork, Ireland Dr. Melinda Gough Dept. of English & Cultural Studies, McMaster University, 1280 Main St. W., Hamilton ON Canada L8S 4L9

 

Collaborative Project Award (Edited Collections of Essays, etc.) sub-committee

Dr. Melanie Marshall Dept of Music, University College Cork, College Road, Cork, Ireland Dr. Christine Walker Yale-NUS College, 12 College Avenue West, RC1-01-03E, Singapore 138610 Dr. Jessica Deldago Department of Religion, 1879 Hall Washington Road, Princeton, NJ 08544

 

To nominate an entry for the Essay or Article Award; Graduate Student Conference Presentation Award; or Digital Scholarship, New Media, & Art Award from 2016 for an award to be presented in 2017, please 1)

Email the PDF or URL to the Awards Committee Chair, Ping-Yuan Wang: wangp@ohio.edu by April 7, 2017 2) Enter the contact information and full bibliographical information for each nomination in this form (or copy and paste the URL in the browser: https://goo.gl/forms/5KQJMG5loxY7L1yt1)

 

Please send inquiries to the Awards Committee Chair, Ping-Yuan Wang (wangp@ohio.edu). 

Source: SIEFAR

Appel à communications: Espaces et enjeux des savoirs féministes : Réalités, luttes, utopies – CIRFF 2018

Submitted by ccarlin on 21 March 2017 - 11:33am

Paris (27-31 août 2018), propositions avant le 30 juin 2017

8ème Congrès International des Recherches Féministes dans la Francophonie

Pour prendre acte de la diversité des approches féministes, de nos convergences et de nos divergences internes et externes, nous attendons des propositions de contributions qui se situent dans le cadre de la double perspective des espaces et des enjeux féministes contemporains, et qui s’attachent à rendre compte des réalités vécues par les femmes, leurs luttes et leurs utopies.

Il s’agit notamment, à l’occasion de ce congrès et comme s’y sont efforcés les précédents CIRFF, de faire un pont entre les mondes militants et le monde académique, entre les savoirs issus du terrain, de la pratique et des productions universitaires. Congrès des savoirs féministes, le CIRFF2018 pourra ainsi servir d’espace de formation (d’université d’été) aux militantes associatives et aux professionnelles de l’égalité. Elles pourront diffuser leurs savoirs et les propositions d’activité allant dans ce sens seront bienvenues. Car les savoirs féministes doivent trouver leur traduction dans la définition de politiques publiques en faveur de l’égalité entre les sexes, qu’il s’agisse de l’égalité au sein de la sphère professionnelle, éducative, politique ou familiale, ou qu’il s’agisse de la lutte contre les violences faites aux femmes.

Espaces des savoirs féministes

La mise en exergue de la notion d’espace dans ce congrès est un appel à penser une production des savoirs féministes qui prend et se donne de la place, qui se vit en pratique et « ouvre » à la critique et au dépassement des binarités et normativités. Ses différents lieux, militants, universitaires, institutionnels, créatifs dessinent un territoire féministe commun, autour d’un projet émancipateur. Ce territoire est traversé par des courants qui forment, et depuis longtemps, des paysages multiples, dont nous aimerions que le congrès rende compte.

Dans l’ensemble de l’espace social, l’attention accordée aux polarités (centre/périphérie) et aux circulations doit aussi permettre de porter un regard critique sur la qualité de l’accès aux différents lieux et sur les rapports de domination qui les traversent.

Héritier de contraintes communes tout autant que producteur de rapports de pouvoir néocoloniaux, l’espace de la francophonie lui-même doit être interrogé à différents niveaux, de l’espace mondialisé à l’échelle du corps.

Enfin, nous souhaitons que le congrès fasse la part belle à ces espaces sans lieu que sont les utopies féministes, et réfléchisse aux conséquences politiques des compromis que nous sommes parfois amenées à faire, en lien avec les politiques d’égalité, l’institutionnalisation des études académiques de genre et de l’espace associatif.

Modalités d’intervention

Nous souhaitons que ce congrès soit l’occasion d’échanges les plus larges et les plus libres possibles, tout en laissant la possibilité d’exposer les résultats de nos recherches, de nos expériences militantes, des questions que nous posent notre action, nos relations avec les institutions, nos rapports entre enseignant-e-s et étudiant-e-s, nos difficultés ou nos solutions pour diffuser les savoirs féministes, etc.

Aussi, avons-nous fait le choix, sur le modèle initié par les organisatrices du congrès de Montréal en 2015, de la diversité des modalités de contributions :

  • Nous attendons des propositions de contributions collectives de diverses formes et durées : colloques autour d’une problématique interdisciplinaire, ateliers thématiques, expositions, performances artistiques, etc.
  • Pour assurer un temps de débat quotidien sur des sujets propres à permettre une définition collective de nos perspectives, nous attendons également des propositions de thème de tables rondes ou de débats.
  • Enfin, nous recevrons les propositions de communication individuelle pour la présentation de résultats de recherche ou d’expériences militantes ou professionnelles.

Rappelons que le congrès se déroule en français et qu’aucune traduction n’est possible, à l’exception de la langue des signes si des demandes en ce sens sont formulées.

Lieu : Université Paris 10 Nanterre

En savoir plus: http://cirff2018.u-paris10.fr/appel-a-contributions/problematique/

Source: SIEFAR

Appel à communications: La danse et les nations : identités, altérités, frontières (XVIIe-XIXe siècles)

Submitted by ccarlin on 21 March 2017 - 11:30am

Paris (26-29 octobre 2017), propositions avant le 30 avril 2017

À l’issue de trois années de recherche dans le cadre du programme de recherche HdD (Herméneutiques de la danse, coordonné par Arianna Fabbricatore), ce colloque international et interdisciplinaire a pour objectif de faire une synthèse sur le travail effectué autour de la question des styles et des genres de danse dans l’espace européen à l’époque des Lumières et d’ouvrir la recherche sur les enjeux sémiotiques, politiques et sociaux de la danse en tant que signe, expression ou représentation d’une frontière plus au moins perméable entre identités culturelles. Il s’agira de s’interroger sur la manière dont la danse théâtrale évolue dans un espace social et culturel où les enjeux sont liés à la confrontation entre les nations et à la définition de leur identité. 

Colloque organisé dans le cadre du projet « Discours sur la danse » 

http://obvil.paris-sorbonne.fr/projets/discours-sur-la-danse

 

Axes thématiques

Réfléchir

Comment penser la danse et la nation ? Quels liens entre corps et société ?

Réflexions sur la sémiotique de la danse dans une perspective sociale et interculturelle. Identité, altérité et frontières à travers le corps dansant.

Représenter

Comment identifie-t-on l’étranger dans la danse des nations ? Comment le stéréotype se construit-il et quel rôle joue-t-il ? Pourquoi représenter l’autre ?

Etudes sur les personnages des ballets, sur les représentations de la France, des Français et des étrangers (les Français, Anglais, Italiens, Espagnols, Allemands, Savoyards, Turcs, Corsaires etc.)

Identifier

Comment le corps exprime-t-il une identité collective ? Qu’est-ce que la danse française/italienne (espagnole/anglaise…) ? Quels sont les éléments connotant différents styles de danse ? Quelles sont les limites symboliques ou réelles ? Comment construit-on l’identité à travers la danse ? 

Explorer les notions de « belle danse », danse italienne, styles de danse, danse grotesque. Les enjeux de la danse comique/tragique dans la construction identitaire de l’Italie et de la France. Appropriations, patrimoines, création de frontières symboliques, circulations, transferts.

Dialoguer

Comment une identité évolue-t-elle au contact d’une autre ?

Contaminations des techniques, circulation des artistes dans l’espace européen. Présence de la danse italienne en France (à l’Académie royale, à la Comédie-Italienne, aux Foires etc.) et de la danse française en Italie (cours francophiles etc.), de la danse italienne et française dans l’espace germanique (Vienne, Stuttgart etc.). Exemples d’influences, contaminations, échanges.

Débattre

Quels sont les discours sur la danse qui ont véhiculé l’idée d’identité ? Dans quel contexte ? Comment ont-ils défendu ou contré cette idée ?

Etude des discours polémiques portant sur la confrontation entre les nations, sur les idées de génie et de caractère des nations, précellence de l’une ou de l’autre culture, querelles, etc.

Distinguer

Comment la contamination entre les genres témoigne-t-elle des influences culturelles ?

Frontières entre les modèles, les styles, les formes et les goûts (ex : la caricature, la parodie comme explorations de l’altérité)

 

Modalités de proposition :

Les propositions de communication, d’environ 3000 signes, accompagnées d’une courte bio-bibliographie, sont à envoyer avant le 30 avril 2017

à hdd.colloque@gmail.com et en copie à arianna.fabbricatore@gmail.com

 

Coordination

Arianna Fabbricatore (Université Paris-Sorbonne)

 

Comité scientifique

Charles Alunni (Ecole normale supérieure)

Elena Cervellati (Université de Bologne)

Paolo Fabbri (Centre d’Etudes sémiotiques Urbino)

Arianna Fabbricatore (Université Paris-Sorbonne)

Marie-Thérèse Mourey (Université Paris-Sorbonne)

Marina Nordera (Université Côté d’Azur)

Françoise Rubellin (Université de Nantes)

Martin Rueff (Université de Genève)

 

Comité d’organisation

Paolo Desogus (Université Paris-Sorbonne)

Delphine Vernozy (Université Paris-Sorbonne)

 

Source: SIEFAR

Appel à contributions: L’univers sensible des contes

Submitted by ccarlin on 21 March 2017 - 11:28am

Revue, avant le 1er juin 2017

Féeries – Études sur le conte merveilleux (XVIIe – XIXe siècle), n° 15 (2018)

Le numéro 15 de la revue Féeries propose d’explorer l’univers sensible des contes merveilleux du XVIIe au XIXe siècle.

Que le conte merveilleux, genre moderne né au tournant du XVIIe siècle, participe à l’émergence de nouveaux savoirs, à la circulation des idées philosophiques comme à la transmission des découvertes scientifiques n’est plus à démontrer. Le conte, précisément parce qu’il est le lieu de la fiction par excellence, du fabuleux, est à la fois un observatoire et un lieu d’expérimentation des théories et idées nouvelles[1]. L’univers sensible du conte se nourrit des nouveaux discours et savoirs, sensualistes, matérialistes, naturalistes, médicaux qui, littéralement, prennent corps dans la fiction fabuleuse ou sont mis en question sans limite aucune (que l’on pense, par exemple, à la théorie de la génération). En outre, l’acuité de la Querelle des Anciens et des Modernes suggère la dimension idéologique du débat qui entoure l’invention d’un merveilleux « non allégorique » : serait-ce parce qu’il souligne ce que la pensée doit aux sens, voire parce qu’il pourrait laisser entendre que la pensée est un ornement secondaire à la sensation, que le sensualisme des contes suscite tant de réactions ? En effet, si le conte littéraire s’est d’emblée écrit sur un mode très souvent distancié et, comme l’a étudié Jean-Paul Sermain, métafictionnel, il a très largement pris en charge le discours critique dirigé contre le merveilleux, au sein même du genre dont il prenait le nom ; or la critique des superstitions, dès le XVIe siècle et probablement déjà au Moyen Âge, s’appuie sur la vérification sensible des expériences, recherchant dans la fiabilité des sens un recours contre les séductions du symbole, de la croyance et du fantasme. L’attirance des conteurs des XVIIe et XVIIIe siècles pour les motifs situés en lisière du merveilleux, grâce auxquels ils pouvaient interroger les limites de la nature (différence entre l’animal et le végétal, entre le minéral et les règnes du vivant, entre le monstrueux et le naturel), souligne l’enjeu de l’épreuve des sens dans le conte.

De fait, le conte littéraire hérite d’un matériau archaïque profondément « naturaliste » dont la richesse en termes d’imagination matérielle mériterait l’attention qui lui a été portée pour d’autres genres, comme la poésie. Pour les anthropologues et les folkloristes, il est bien connu que la performance même du conteur prolonge l’action sur les sens qu’induisent à la fois l’inspiration du conte et l’oralité (réelle puis imitée) de son énonciation et de son écriture. Dans cette voie, nous pourrions nous demander si la portée symbolique des événements sensibles rapportés par le conte réduit leur sensorialité à n’en être que le support et le véhicule, ou si l’on peut y chercher des traces d’une relation spécifique aux sens et à la nature. Il s’agit en effet non seulement de provoquer des émotions et de solliciter la sensibilité, mais aussi de dramatiser notre rapport au monde.

C’est ainsi au croisement, parfois, des traditions savantes et orales que la sensorialité du conte pourrait s’affirmer comme une constante générique.

            On pourra ainsi envisager trois axes possibles :

  • Le monde sensible du conte (ou l’expression de la sensibilité)

Si la dimension « spectaculaire » de certains contes, notamment au tournant des XVIIe et XVIIIe siècles a été bien analysée, il reste à examiner comment le conte merveilleux construit un univers sensible singulier. Le monde du conte, qui mêle volontiers les différents règnes (végétal, minéral, animal) est-il un monde synesthésique ? Comment s’expriment les différents sens ? A. Gaillard écrit que le « conte est un genre sensible qui part et parle du corps »[2]. On pense immédiatement au conte libertin et à sa manière de proposer une écriture sensible du corps et des corps. Les sens moins étudiés que sont l’odorat (pensons au rôle des parfums), le goût et l’ouïe mériteront un examen plus particulier. Que dire de l’attention portée par les contes orientaux au raffinement des mets ou aux « spécialités » alimentaires ? L’être merveilleux se définit-il par une sensibilité particulière ? « Je sens la chair fraîche » s’exclame l’ogre du « Petit Poucet », tandis que la Princesse Schéhéristani dans Les Mille et un Jours se nourrit de « l’odeur des parfums et celle des viandes ». « L’enchantement » d’un spectacle ou de la musique relève-t-il d’une métaphore ou d’une véritable expérience sensible ? La musique peut-elle créer des mondes nouveaux, ou rendre présents des mondes inavoués comme le dit avec humour Diderot dans Les Bijoux indiscrets ? C’est aussi dans ce cadre que pourra s’étudier l’imprégnation réciproque du folklore et de la littérature : y a-t-il un divorce entre l’univers sensible des contes du folklore et l’univers intellectualisé du conte littéraire ? L’acculturation de cette dimension par le second induit-elle nécessairement un appauvrissement, au profit de l’allégorie et du raisonnement, ou permet-elle d’autres formulations du lien entre l’homme et l’univers qui l’entoure ?

  • « Ah vous êtes palpable ! [3] »  : le merveilleux comme expérience

            Mais le conte permet aussi d’engager une réflexion plus spécifique, comme l’a montré E. Sempère, sur la manifestation et la réception du phénomène merveilleux[4]. Peut-on parler d’une « phénoménologie » de la merveille ? Il s’agira ici de s’intéresser plus précisément à l’apparition ou la manifestation du phénomène merveilleux en tant qu’elles engagent les différents sens. On pourra ainsi dans cette perspective reconsidérer l’héritage de l’opéra qui propose, à sa manière, des apparitions sensibles de la merveille (nuages, tonnerre, éclairs). Par la puissance du « spectaculaire » le merveilleux (du conte, mais aussi de la nouvelle selon les usages génériques du XIXe siècle) mobilise tous les sens et prolonge l’expérience sensible représentée en expérience vécue pour les spectateurs et auditeurs. On se demandera comment est éprouvée, ressentie, l’expérience du merveilleux : expression d’une sensation ou d’une émotion (étonnement, effroi, tremblements, froid, chaleur…) ? perte de connaissance ? expérience sensuelle voire érotique ?

  • Le conte merveilleux, lieu d’expérience scientifique ?

Le croisement entre le conte de fées et les « fictions à vocation scientifique » (G. Armand) invite à étudier plus spécifiquement les types d’expériences, scientifiques ou médicales, que le conte permet de représenter ou de suggérer : quels sont les objets de l’expérimentation, quels en sont les enjeux, mais aussi quels en sont les effets sur les acteurs et les spectateurs ? La métamorphose, les corps monstrueux ou enchantés auront toute leur place dans cette perspective. Si la « vérité d’après nature » qui prévaut encore dans les sciences d’observation impose l’existence de l’observateur comme regard, corps et sujet, l’étude littéraire du fonctionnement même du conte ne peut manquer d’éclairer les enjeux épistémiques de ces expériences. Que dire par exemple de la vie et des effets des plantes dans le Tecserion de Lubert ? Ce « merveilleux vrai » que révèle Réaumur en observant, admirant et décrivant les insectes sur lesquels il travaille et écrit inlassablement, rencontre de nombreux échos tout au long des XVIIIe et XIXe siècles et jusqu’au XXesiècle même.

Nous souhaitons vivement encourager la diversité et le croisement des approches disciplinaires (littérature, linguistique, philosophie, anthropologie, histoire des sciences et de la médecine, arts…) qui ne pourront qu’enrichir la réflexion.

Les propositions sont à envoyer conjointement à Christelle Bahier-Porte (christelle.porte@univ-st-etienne.fr) et à Emmanuelle Sempère (sempere@unistra.fr) avant le 1er juin 2017. Les articles devront être remis au plus tard le 15 décembre 2017.

 

 

[1] Voir le numéro 6 de la revue Féeries, Le conte, les savoirs (2009). Dans ce numéro, Y. Citton invite à considérer l’« espace cognitif ouvert par la littérature merveilleuse », p. 22.

[2] A. Gaillard, « Le corps enchanté chez Mme de Villeneuve et Mlle de Lubert : exploration des corps amoureux et invention poétique dans quelques contes de 1740 », Le conte merveilleux au XVIIIe siècle. Une poétique expérimentale, dir. J.-F. Perrin et R. Jomand-Baudry, Kimé, 2002, p. 298. Voir également, du même auteur, « Approches croisées des disciplines (art, science, littérature, philosophie) : la question du toucher des Lumières », Dix-huitième siècle, n° 46, 2014, p. 309-322.

[3] C. Crébillon, Le Sylphe, éd. C. Ramirez, dans Œuvres complètes, dir. Jean Sgard, Garnier, Paris, 1999, p. 37.

[4] E. Sempère, « Le merveilleux à l’épreuve des sens : une phénoménologie sous contraintes (fin XVIIe siècle-XVIIIe siècle) » (Féeries, « varia », n°14, 2017, à paraître).

 
 
Source: SIEFAR

Early Modern Women: An Interdisciplinary Journal

Submitted by ccarlin on 21 March 2017 - 11:24am

Avant le 1er décembre 2017:

ACMRS (the Arizona Center for Medieval and Renaissance Studies) at Arizona State University is seeking an editor or editorial team of two to three in related fields to edit Early Modern Women: An Interdisciplinary Journal for a (renewable) three-year term beginning 1 December 2017.  The editor or editors will be responsible for reviewing submissions, choosing outside readers, offering editorial suggestions, assembling and sending suggestions from editors and readers to authors, sending essays to the Editorial Board for votes, inviting some submissions, overseeing the choice of the annual Forum topic as well as undertaking other tasks related to the pre-publication phase of a scholarly journal and sending finished revisions to ACMRS for copy-editing.  In consultation with the Director of ACMRS, the editor or editors will also make any necessary changes to the membership of the Editorial and Advisory Boards of the journal and will report (either in person or electronically) to ACMRS at its annual conference.  The editor or editors will be made ex officio member(s) of the ACMRS Advisory Board.  In addition, the editor or editors will meet annually with the EMWJ Editorial Board and report to the Society for the Study of Early Modern Women (SSEMW) at the Sixteenth Century Studies Conference or the Attending to Early Modern Women Symposium.

The editor or editors will be expected to deliver final edited copy of each issue of the bi-annual journal to ACMRS by May 1 and December 1 in time for an October and May publication dates. The editor or editors should expect an average of six or more hours of pro bono work each week year-round, with fluctuations over the course of the year.  All managing and editing responsibilities will be handled by ACMRS: subscription records and bookkeeping, logging submissions and reviews, receiving and mailing books for reviews, advertisements, copy-editing, typesetting, final proofreading, printing, etc.

The ideal proposal will come from an editor or team of editors specializing in early modern women or gender studies and having an interest in the global early modern period. Although a small stipend will be provided, the editor or editorial team should have strong support at their home institution.

The new editor or editors would begin the transition into the editorship during the summer and winter of 2017 and would take over formally by 1 December 2017.  Some flexibility is possible.

Please send a statement describing your interest and qualifications and the level of institutional support you will have for your editorship to acmrs@asu.edu with “EMWJ Editorial Search Committee” in the subject line.  Only electronic applications will be accepted.

 

Applications should include:

  1. Statement of interest, qualifications, and nature of institutional support.
  2. Indication of possible start date, preferably 1 December 2017.
  3. Current CV or CVs.
  4. Three letters of recommendation sent directly to acmrs@asu.edu.

Editing experience is desirable.  Evidence of successful collaborative work is required as is a commitment both to the field of early modern women and gender studies in a worldwide context and to continuing the EMWJ tradition of excellence that has garnered awards for the journal.

For more information about the journal please see https://acmrs.org/publications/journals/emw/about

CFP: Australian Society for French Studies Conference 2017

Submitted by ccarlin on 16 March 2017 - 8:50am

Truth and Representation

The Australian National University, 13-15 December 2017
Proposals: 3 July 2017

Confirmed keynote speakers:
Professor Nicki Hitchcott, University of St Andrews
Dr Chris Watkin, Monash University

What is truth and how do we represent it? For centuries philosophers, artists, theologians, and political thinkers have reflected on the nature of truth, each exploring the various rhetorical and visual strategies with which we might render its universality and its relativity. When we talk about truth, we call upon objectivity, authenticity, and verifiability. But we also inevitably evoke subjectivity, artifice, and mendacity. Indeed, to talk about truth is to recognise its intimate connection to lies.
In our current political climate, terms such as ‘post-truth’ and ‘fake news’ have become ubiquitous. In the wake of Brexit and the American presidential election, and leading up to the 2017 French election, politicians and the media continually call the status of truth and representation into question. How are we to determine what truth is when facts are manipulated to reflect and reinforce the opinions we already hold? How are we to retain our grasp on reality when we see our world increasingly through the mediation of the screen? Such questions bring to mind a much broader problematic surrounding our understanding of social, cultural, and political reality in the light of myriad and ever-evolving ideologies and theoretical orientations.
This conference seeks to reflect on these questions within French and Francophone Studies. What role can our interdisciplinary research play in negotiating the problems of truth and representation in the 21st century, from cultural studies and politics to literature and film? Our aim is to address these problems from a multiplicity of methodological approaches and areas of focus.
We invite proposals for individual papers (20 minutes) and for panels (3-4 papers of 20 minutes each) related to the theme of truth and representation. We will also consider proposals that do not conform directly to this theme. Possible topics for discussion may include, but are not limited to:

- Philosophical, theoretical, and historical/historiographical understandings of truth-making
- Representations of Otherness
- Reflections on language and the shaping of political discourse
- The role of truth in education, including plagiarism and academic dishonesty in the language classroom
- Film and the fluid boundaries of audio-visual representation
- Embodied truths, psychic truths, lived realities
- National myths and the politics of migration
- Life-writing/ Representing the truth of the self
- Truth and religious pluralism
- Postmodernism and post-truth
- Representation in (applied) linguistics and second language acquisition
- Imagination, or the truth of fiction

Please send your proposal of 250 words for papers in English or French to asfs_2017@anu.edu.au by 3 July 2017.
Organising committee: Leslie Barnes, Ashok Collins, Solène Inceoglu, and Gemma King, ANU.
https://australiansocietyforfrenchstudies.com/events/asfs-conference/
Source: H-France

Appel à communications, Congrès 2017 de la Société Française d'Esthétique

Submitted by ccarlin on 16 March 2017 - 8:24am

19-20 mai 2017

Propositions: le 23 avril 2017

Reid Hall (Columbia University à Paris, 4 rue de Chevreuse – 75006 Paris)

L’ART ET SES REPRESENTATIONS : CONCEPTS, THEORIES, PARADIGMES

Avec Dominique Château, Alexandre Gefen, Maud Pouradier, Laetitia Marcucci, Jacques Morizot, Jean Robelin, Carole Talon-Hugon,

Appréhender un objet comme une œuvre d'art  suppose, sans qu'on en soit ordinairement conscient, une certaine idée de ce qu'est l'art. De manière générale, on ne perçoit qu'en mettant de l'ordre dans l'amas hétéroclite de nos sensations et en les catégorisant grâce à des concepts (de "fleur", de "bâtiment", ou de "chien", par exemple). Autrement dit, les mots grâce auxquels nous ordonnons le monde ne désignent pas tant des choses que des idées abstraites permettant cet ordonnancement. Cela vaut a fortiori pour les objets culturels ; ils ne sont jamais de purs donnés : entre l'objet sensible offert à nos sens et l'appréhension que nous en avons s'intercalent des médiations. Dans le cas particulier qui nous occupe, l'appréhension d'une chose comme une "œuvre d'art" suppose non seulement la mise en jeu de la catégorie mentale générale d'art, mais aussi de sous-catégories comme celles de "peinture", de "musique", de "sculpture" ou de "performance" et, à l'intérieur de ces sous-catégories, d'autres rubriques encore comme, à l'intérieur de la littérature, celles de "roman", de "nouvelle" ou de "poésie", auxquelles s'ajoutent, selon l'équipement culturel de l'individu, des catégories plus fines par sous-genres, mouvements, périodes, etc.

Cette idée de l'art qui sous-tend l’appréhension de ses objets n'est toutefois pas faite que de catégories classificatoires ; elle est aussi composée de croyances concernant les finalités, les usages et les valeurs de ces objets ; elle suppose une certaine manière de penser leurs producteurs, ceux auxquels ils sont destinés, les lieux et les institutions où ils se font et où ils s'exposent. Si bien que ce que nous avons nommé en première approximation une "idée de l'art" est bien plutôt une nébuleuse de concepts, de valeurs et d’usages, liés entre eux de manière souterraine mais étroite. Ainsi, dans l'idée moderne d'art qui se constitue au cours du xviiie siècle, la catégorie nouvelle de beaux-arts est-elle étroitement solidaire de l'invention du goût comme sens du beau, du désintéressement comme attitude appropriée face aux œuvres, des Salons et de la toute nouvelle critique d’art.  

Comme les concepts de l’art, ses paradigmes évoluent tantôt lentement, tantôt brutalement, de manière partielle ou globale, discrète ou fracassante, et parfois coexistent de manière polémique. Notre mot art n’a ni la même extension ni la même compréhension que l’ars des latins et que la techné des anciens grecs. L’artifex n’était ni un artiste, ni un artisan. Le Moyen Âge ne connaissait pas les "beaux-arts" mais distinguait les arts mécaniques des arts libéraux. Là où la modernité a vu une pratique autonome et autotélique, les époques précédentes ont vu une activité répondant à des fonctions hétéronomes : mettre en relation avec le divin, glorifier les héros, édifier les citoyens, etc. Elles ne rangeaient pas ses œuvres dans le cadre neutre d’un musée, mais dans les lieux liés à leurs fonctions et n’attendait pas des destinataires des œuvres une pure jouissance esthétique désintéressée.

Les théories occupent une place charnière entre les concepts et les paradigmes. Dans ce monde complexe et surdéterminé de l'histoire des représentations de l’art, certains théoriciens ont occupé une place décisive. Sans doute ne sont-ils pas les commencements absolus des positions qu'ils défendent ; mais ils ont activement participé à leur élaboration, les ont cristallisées, fixées, solidifiées, et ont contribué à leur diffusion. Ce sont parfois des philosophes (Aristote, Hutcheson, Dewey…), des historiens de l’art (Vasari, Panofsky, Wölfflin…), des historiens de la culture (Burckhardt, Cassirer, Haskell…), des sociologues et des psychanalystes (Kracauer, Simmel, Bourdieu, Freud…), des théoriciens d'arts particuliers (Jauss, Hanslick, Brecht, Semper…), mais aussi des critiques (La Font de Saint-Yenne, Diderot, Greenberg…), et des artistes-théoriciens (Alberti, Artaud, Baudelaire, Coleridge, Zuccaro, Tolstoï…).

Considérant que l’histoire de l’art n’est pas seulement celle des œuvres, mais indissolublement celle de l’idée même d’art, ce congrès de la SFE invite donc à une archéologie de l’art réfléchissant sur les déplacements et les transformations de ses concepts, les continuités et les ruptures de ses paradigmes et les scansions que représentent ses moments théoriques décisifs.

Modalités de soumission

Les propositions, rédigées en anglais ou en français, doivent comprendre :

·       la thématique retenue

·       le nom de l’auteur ou des auteurs

·       une présentation succincte de l’auteur ou des auteurs (100 mots maximum)

·       le titre

·       un résumé de 300 mots maximum

·       une liste de mots clés (5 maximum)

·       une bibliographie essentielle

·       l’engagement écrit et signé à s’acquitter des droits d’inscription de 50 euros au cas où la proposition serait retenue. Ils donnent droit à la participation au colloque et à la gratuité des déjeuners. NB : Les droits d'inscription des membres de la Société française d'esthétique à jour de leur cotisation sont de 25 euros (pour devenir membre, s'inscrire sur le site web de la SFE http://www.s-f-e.org

Elles seront envoyées au format pdf à Talon-Hugon : Carole.TALON-HUGON@unice.fr

Date limite d’envoi des propositions : 23 avril

Les réponses seront communiquées le : 30 avril   

Les communications, d’une durée de 30 minutes, seront tenues en anglais ou en français. Aucun service d’interprétariat ou de traduction ne pourra être fourni. Les frais d’hébergement et de transport sont à la charge des participants.

Source: Dramatica

CfP: EARLY MODERN DISCOURSES ON EUROPE: REPRESENTATIONS OF COMMUNITY AND COMMON IDENTITY (1450–1750)

Submitted by ccarlin on 1 March 2017 - 1:44am

Conference hosted by the Ludwig Boltzmann Institute for Neo-Latin Studies in Innsbruck

Thursday, November 30th–Saturday, December 2nd 2017 Proposals due April 30th, 2017

Organised by: Nicolas Detering (Freiburg i. Br.), Clementina Marsico (Innsbruck), Isabella Walser (Innsbruck)

Starting in the post-war decades of the 20th century, the history, the concept, and the identity of Europe as a geographical, cultural, political, religious, and ideological entity has become a popular field of investigation in many different disciplines. Historians, political scientists, and philologists have come to examine the meaning of Europe in the face of contemporary developments and problems, which the European integration is facing. Their research shows that while ancient and medieval writers may have already 'sensed' some sort of European identity, a proper discourse on the continent’s political significance, cultural meaning, historical fate and contemporary crisis – based, for example, on the use of a shared vocabulary (the term 'Europe' among it) and of specific rhetorical strategies (like the personification of Europe) –, only evolved during the 15th and 16th century and proliferated in the 17th and 18th century.

But even though the existing studies have shed some light on the concept of Europe in the works of 'great thinkers' like Piccolomini, Richelieu, or Leibniz, its wide distribution across languages and genres, as well as its influence on the actual shaping of Europe in political, cultural and other related aspects have only recently received more attention. This holds especially true for texts written in Neo-Latin, as is shown by the project entitled Europe and European Identity in Neo-Latin Literature conducted at the Ludwig Boltzmann Institute for Neo-Latin studies in Innsbruck, the organiser of this conference.

This project attempts for the first time to take into consideration the vast amount of Neo-Latin literature processing the discourse on Europe and European identity, for most of what we know so far about the early modern process of the formation of Europe relies almost exclusively on vernacular sources. The dispersion of discourses on Europe across the continent – be it in Latin or in the vernaculars –, however, is difficult to grasp, since they are not restricted to one specific genre. In fact, the discourses span a variety of text types, such as political treatises, poems, novels, commentaries, periodic journals, grammar books, private letters etc. The early modern discourses of Europe rely on an immense communicative network, the contours of which are challenging to decipher.

CONFERENCE AIM AND RESEARCH QUESTIONS

To this end, the conference will dive into the early modern days of the notion of Europe. Assuming that discourses on Europe tend to transcend linguistic, historic, and generic boundaries, we invite participants from different fields to examine vernacular and Latin negotiations of Europe from the late 15th to the early 18th century. This multi-angled approach will serve to identify both similarities and differences in the constructions of Europe within its different national and cultural communities. Comparing the results from Neo-Latin studies with the findings of other disciplines, the conference’s main purpose is to investigate the discursive representations of Europe from a contrastive and interdisciplinary pan-European perspective: papers should concern questions of how the term Europe was defined and evaluated, which concepts were attached to Europe, and in which way texts were trying to create or propagate a common European identity in the various languages, disciplines and genres of Early Modernity.

Accordingly, papers regarding the following topics are particularly (but not exclusively) welcome:

  • ideas, definitions, interpretations as well as discourses on Europe in texts and media of any given genre (e.g. the geographical concept; the religious idea of Christianitas; the intellectual notion of the res publica litteraria; the cultural image of Europe as the heir of values derived from the ancient past; the political concept of a 'balance of power');
  • the 'rhetorics' of Europe, i.e. in which way discourses on Europe are performed and promoted, which metaphors and narratives are employed to describe Europe or to convey the interactions between Europe and its parts (e.g. eroticism of lovers and rivals in allegories);
  • the interplay between language and identity, i.e. the role language plays ideologically and politically in shaping identity in connection with the notion of Europe (e.g. Latinitas against the vernaculars);
  • relationships between nations and Europe, i.e. the way texts sharpen national identities with regard to the supra-national (e.g. Europe as a plurality of nations following the principle of unity in diversity).

PRACTICALITIES We welcome papers of a maximum of 30 minutes length. Each paper will be followed by ca. 10 minutes of discussion. English will serve as the main conference language. The publication of the papers in a collective conference volume is planned for 2018, the deadline for article submission will be April 30th 2018. To submit a proposal, please send an abstract of your paper (max. 150 words) and a brief curriculum vitae (max. half a page) to isabella.walser@neolatin.lbg.ac.at or clementina.marsico@neolatin.lbg.ac.at before April 30th 2017. The Ludwig Boltzmann Institute for Neo-Latin Studies will reimburse the travel expenses and compensate for the conference hotel in Innsbruck, max. three nights (arrival Wednesday 29th, departure Saturday, December 2nd 2017). Further information about the conference can be found at http://neolatin.lbg.ac.at.

 

Syndicate content