Login | Join/Renew

Calls for Papers/Contributions

CFP: Séances en littérature française au prochain congrès de la RSA

Submitted by ccarlin on 17 May 2017 - 2:28pm
Chers/Chères collègues,
 
En tant que « Discipline Representative » pour la littérature française auprès de la RSA, je peux parrainer 5 sessions au prochain congrès de la Renaissance Society of America, qui se tiendra du 22 au 24 mars 2018 à La Nouvelle Orléans. Voir http://www.rsa.org/general/custom.asp?page=2018NOLA
 
J’invite donc des propositions complètes pour des sessions ou des tables rondes. Malheureusement, je ne saurais accepter des propositions pour des communications individuelles – ceux d’entre vous qui ne font pas déjà partie d’une session sont invités à chercher dans les blogs de la RSA et/ou envoyer directement votre proposition à la RSA. 
 
Les propositions sont à adresser par email à H.G.A.Roberts@exeter.ac.uk, avant le 25 mai 2017, et doivent comporter, pour chaque intervenant(e), les éléments suivants :
 
nom et prénom,
adresse postale et électronique
rattachement universitaire
titre de la communication - 25 mots maximum
résumé de la communication - 150 mots maximum
liste de mots-clés
un curriculum vitae sommaire - 300 mots maximum
 
Il faut indiquer aussi le nom d’un(e) président(e) de séance, avec son rattachement universitaire et son adresse électronique.
 
À noter : les frais de voyage et d’hébergement et les frais d’inscription (env. $185 membre ordinaire ; $120 étudiant) seront à la charge des participants, qui devront aussi adhérer à la RSA pour l’année 2017 (cotisation variable selon le salaire du membre : https://rsa.site-ym.com/default.asp?page=membershiprenewal).
 
A titre personnel, je prends actuellement une année sabbatique, une « retraite » presque totale de la vie universitaire, et j’ai moins d’accès à Internet qu’auparavant. Je vous remercie à l’avance de votre patience et je vous serais d’autant plus reconnaissant de respecter les normes de la RSA dans vos propositions, ce qui faciliterait énormément notre tâche.
 
Je me réjouis de cette occasion de parrainer des sessions sur la littérature française, comme à Boston et à Chicago, et de vous revoir à la Nouvelle Orléans,  
 
Bien cordialement,
 
Hugh Roberts

CFP: Women and Translation in the Renaissance

Submitted by ccarlin on 17 May 2017 - 11:36am

RSA 2018 Meeting (New Orleans)   Proposals due 22 May 2017

You are welcome to submit paper proposals for the panel “Women and Translation in the Renaissance” at the 2018 RSA conference in New Orleans. 

This panel intends to explore the part played by women within the multilingual and multicultural contexts of Renaissance Europe by means of translation. In the last few decades an expanding corpus of scholarly works on women’s role in the history and cultures of translation has greatly contributed to expand our knowledge in the field, especially with reference to Early Modern England and, partly, France. Aiming to further extend our understanding of the cultural history of translation during the Renaissance, this panel welcomes papers that focus on women’s contribution, as agents of all kinds (e.g. translations for and by women, translations of women’s writings), to the production and circulation of translations. We particularly encourage proposals that examine linguistic and cultural traditions (e.g. Italian, German, Portuguese, Spanish, Polish), or specific aspects and issues that have so far received less attention.

Questions to be considered when submitting proposals include, but are not limited to: the multilingual and multicultural contexts in which translations took place and were received; linguistic tools and practices of language learning; the role of translation in women’s education and as means of learning a language to improve one’s cultural literacy; the role of different agents, not only translators, but also patrons, printers, and readers, in the circulation of translations; individual/collaborative translations; translations by means of other languages; translations from (or into) classical languages/from vernacular to vernacular; translation practices and attitudes; modes of production, distribution and reception of translations; ownership and material aspects of translated works; manuscript and print translations; the influence and uses of translations; translations of women’s writings.

Proposals with an interdisciplinary and transnational approach to the topic are particularly welcome. Given the cross-cultural nature of the panel, presentations in English are strongly encouraged. Please send a 150-word abstract, with a title and a list of key words, and a short CV (300-word maximum) in a single Word document to Dr Helena Sanson (hls37@cam.ac.uk), by Monday 22 May 2017. Please see the guidelines for abstracts and CVs on the RSA’s annual meeting page.

http://crrs.us3.list-manage.com/track/click?u=83c8b34d92c3473aa78cd54c3&id=4169e965a5&e=4528c5dcf4

Attending to Early Modern Women: Action and Agency

Submitted by ccarlin on 17 May 2017 - 11:28am

Milwaukee (14-17 June 2018), proposals before 15 novembre 2017

Over its time in Milwaukee, Attending to Early Modern Women first asked “where?” (Remapping Routes and Spaces, 2012). Then we asked “when?” (It’s About Time, 2015). Now we ask “how?” For both our subjects and ourselves, the answer is the same: action and agency. The conference will address these themes, posing such questions as: How do we understand the sites and modes of gendered confrontations in the early modern period? What collectivities were possible, then and now, and how and why do they form and fade? How do women imagine choice, and what role does choice or the illusion of choice play in their lives? How can our work as scholars and teachers of a distant period become action?

The conference will retain its innovative format, using a workshop model for most of its sessions to promote dialogue, augmented by a keynote lecture, and a plenary panel on each of the four conference topics: confrontation, collectivity, choice, and pedagogy. It will be held at the UW-Milwaukee School of Continuing Education in the heart of downtown Milwaukee, and conference attendees will stay in the near-by Doubletree Hotel. Attendees will also have the opportunity to participate in a pre-conference workshop at the Newberry Library in Chicago.

Start thinking now about organizing workshop sessions. These are 90-minute sessions organized by a group of two to four leaders who circulate readings, questions, and other materials in advance through the conference website. Leaders spend no more than twenty minutes framing the issues and opening up the conversation, then facilitate active participation and focused discussion. The best workshops are often comparative and interdisciplinary, and all allow participants to share information and ignorance, pass on knowledge, ask advice, and learn something new. All workshop organizers are expected to register for, attend, and participate in the entire conference, not just their workshop.

Workshops that consider action and agency in relationship to the following topics are welcome:

Confrontation

Resistance and revolt; conflict within and across communities and cultures; contesting categorization; opposing authority; clashes within and across disciplines; crises and resolutions

Collectivity

Cultural, intellectual, and religious spaces; familial and economic networks; labor organization; building consensus; objects in circulation; collaboration and alliances; expressing identities; border-crossing

Choice

Creativity and imagination; constraint; autonomy and agency beyond the human realm; articulating sexuality; consumer practices and material culture

Pedagogy

Engaged scholarship in public spaces and the classroom; defending the premodern and the humanities; choosing technologies; learners as agents

The formal call for proposals will be out this summer, and the due date for proposals will be November 15.

 

In the meantime, if you have an idea for a workshop session or questions about the conference, please contact Merry Wiesner-Hanks, ATW-2018 Organizing Committee Chair, at atw-2018@uwm.edu.

CFP: Women in French at SAMLA

Submitted by ccarlin on 17 May 2017 - 11:16am

Women in French Sessions

2017 South Atlantic Modern Language Association Conference

Atlanta, Georgia

November 3-5, 2017

 

Please send a 250-word abstract in French or English, including presenter’s academic affiliation, contact information, and A/V requirements to one of the panel chairs listed below by June 1, 2017.

 

For more information on SAMLA and the annual conference, please visit the conference website:  https://samla.memberclicks.net/

 

1. Failure to Conform: The Defiant Female Body in French and Francophone Cultures

 

This panel considers examples of French and francophone literatures, films, and other art forms, in which contemporary women articulate and/or embody nonconformist physicality which challenges social order. How do women speak against or otherwise resist socially defined borders and boundaries of normative corporeality? Presentations may address both thematic and formal examples of textual disruption that is enabled by bodies which run counter to socially constructed ideals related to women, gender, and race. Possible thematic avenues of inquiry include but are not limited to: pregnancy, aging, disability, beauty, and illness. Please send 250-word proposals in English or French to Adrienne Angelo (ama0002@auburn.edu) by May 15, 2017 along with presenter’s academic affiliation, contact information, and A/V requirements.

Chair: Adrienne Angelo, Auburn University, <ama0002@auburn.edu>

 

2. Borders and Boundaries in Popular French Caribbean Culture

 

This panel welcomes papers focused on illustrations of borders and boundaries in popular culture in French Caribbean women’s writing or film. Papers may be in English or French and may not exceed 20 minutes. Please send 250-word abstracts and any A/V requests to Lisa Connell (lconnell@westga.edu) by May 15, 2017.

 

Chair: Lisa Connell, University of West Georgia, <lconnell@westga.edu>

 

3. Transcending Borders and Boundaries through the Act of Writing

 

Pour celles et ceux qui travaillent sur les écrivaines françaises et francophones et qui pensent participer au congrès annuel de SAMLA qui aura lieu à  Atlanta, GA du 3-5 novembre 2017, je voudrais proposer une session WIF dont le thème général du congrès, “L’art noble et l’art populaire: Les frontières et les limites dans la culture populaire” fournira une occasion unique d’explorer ces pôles à travers des textes écrits par des femmes de lettres francophones.  Je vous prie d’examiner ces délimitations, les zones transfrontalières, les zones subtiles aussi bien que la possibilité de dépasser les frontières de nationalité, de classe, de race, de sexe et de langage grâce à l’acte d’écrire.  Veuillez m’envoyer une proposition de 250 mots en français et anglais accompagnée d’une brève notice bio-biographique avant le 15 mai 2017 à Susan Crampton-Frenchik, scramptonfrenchik@washjeff.edu

For those who specialize in French and francophone female writers who are considering participating in the 2017 SAMLA (South Atlantic Modern Language Association) Conference to be held in Atlanta, GA, 3-5 November 2017, I am proposing a WIF session based on the general conference theme “High and Low Art:  Borders and Boundaries in Popular Culture.”  Examinations of borders and boundaries, border areas, liminal spaces and the ways in which these texts transcend limitations of nationality, class, race, sex, and language are welcome. Please send a 250 word abstract in French or English to Susan Crampton-Frenchik, scramptonfrenchik@washjeff.edu by 15 May 2017.

Chair: Susan Crampton-Frenchik, Washington & Jefferson College < scramptonfrenchik@washjeff.edu>

 

4. Laughter in “High Art/Low Art”: Playing with Boundaries in French and Francophone Literatures

Throughout history, women writers and artists have had to navigate boundaries, whether they be boundaries imposed by society or expectations regarding their art. This panel will explore the different ways in which women use laughter as a means to break down, question, and subvert boundaries in both “high art” and “low art.” Among questions one may ask: How do women use satire, irony, clichés, pastiche, etc.? and for what goal? What stances do women writers and artists take in their use of humor? How do women use humor to address women’s experiences and concerns? The panel is also interested in exploring how women, through their use of laughter, rethink different genres within “high art” and “low art” in addition to rethinking the boundaries between “high art” and “low art.” Proposals on French and francophone literatures, films, and other art forms are welcome. Papers may be in English or French.  Please send 250-word proposals in English or French to Cathy Leung (CLEUNG34@GMAIL.COM) by May 15, 2017 along with presenter’s academic affiliation, contact information, and A/V requirements.

Chair: Cathy Leung, <cleung34@gmail.com>

 

5. Space and Place in French and Francophone Women’s Writing

 

Recent political events abroad and local are frequently framed around issues of place and, arguably, space. This session proposes to investigate space and place, and how these concepts play out in women’s narrative (texts or films). In what ways do women’s narratives create new understandings of space and place? In what ways might these spaces and places be gendered? And, in what way are they an experience of othering? Does women’s experience create a new space and place, and if so, in what ways? Please send a 250 word abstract in English or French to E. Nicole Meyer,nimeyer@augusta.edu by 15 May 2017 along with presenter’s academic affiliation, contact information, and A/V requirements.

 

Chair: E. Nicole Meyer, Augusta University <nimeyer@augusta.edu>

Source: WIF

CFP: Panel on Women and/in Storytelling in Early Modern France

Submitted by ccarlin on 17 May 2017 - 10:49am

Northeast MLA

Pittsburgh, April 12-15, 2018.

Abstracts due September 30, 2017

Chair: Kathleen Loysen (Montclair State University)

A panel dedicated to examining how women authors saw themselves and how others saw women as authors in the early modern period in France – essentially, the question of women’s prises de parole, or assuming the power of speaking and writing authoritatively. Papers are welcome which explore the notion of authorship itself: how women saw themselves as authors, how women were presented as authors, authorities, and originators of multiple modes of discourse (both oral and written), and the role of the conversational and dialogical process within such developments. More info at: http://www.buffalo.edu/nemla/convention/callforpapers.html  

Appel à communications: Ville portuaire, un espace-frontière: Regards croisés de l’Histoire et de la Littérature

Submitted by ccarlin on 7 May 2017 - 1:30pm

VENDREDI 8 DECEMBRE 2017

UNIVERSITE DU LITTORAL, DUNKERQUE

Date limite pour la soumission des propositions: le 9 juillet 2017

Cette journée d’étude se propose d’engager une réflexion sur la ville portuaire européenne, son histoire et ses représentations, tant matérielles qu’imaginaires et symboliques. Nous traiterons ici exclusivement des ports maritimes. La réflexion suivra une double perspective :

  • Une perspective historique

1/ Infrastructures et villes portuaires à travers le regard des peintres

            Bateaux, quais animés par les mouvements d’une foule bigarrée, amoncellement de denrées venues d’ici et d’ailleurs sont autant d’éléments que l’on retrouve dans les divers tableaux des séries des Ports de France de Vernet à Signac. Cette journée d’étude se propose de porter un regard complémentaire sur les visions des ports proposées par les écrivains en s’intéressant à celui présenté par les peintres.

Quelles furent les prémices de ce genre ? Quelles visions du port et/ ou de la ville portuaire les peintres veulent-ils nous transmettre ? Comment la diffusion de leurs œuvres influence-t-elle la perception du port qu’en ont les élites ou le commun des mortels ? Comment et dans quels buts les pouvoirs publics (Etats ou villes) se saisissent-ils de ces représentations des havres et des villes portuaires ?

 

2/ Infrastructures et villes portuaires à travers le regard des historiens

         La vision proposée par les peintres mais aussi certains voyageurs étrangers tel Arthur Young interroge sur les relations existant entre les infrastructures portuaires, le rayonnement des ports et les relations entretenues entre les ports et les villes portuaires.

            Quel est le poids des infrastructures portuaires et des équipements dans la croissance et l’affirmation de certains ports et la structuration d’aires portuaires ? Si parfois ports et villes sont dissociés, le plus souvent, ils fusionnent. Quels sont donc les impacts des infrastructures portuaires sur l’aménagement urbain ? Quelles sont les conséquences des politiques urbaines sur l’évolution des zones portuaires ?

            Du fait des obstacles naturels ou du contexte militaire, les infrastructures portuaires peuvent nécessiter de très lourds investissements. Qui décide de la construction des infrastructures ? Qui finance ces dernières et selon quelles modalités ? Qui construit ces équipements ? Quelles catégories de personnes qualifiées (ingénieurs militaires, chercheurs spécialisés dans l’étude de la résistance des matériaux, maçons ….)   aident ces entreprises à vaincre l’hostilité des éléments naturels ? Quelle est l’influence de la connaissance des infrastructures de ports étrangers sur la volonté de moderniser des équipements existants ? Quels rapports les différents acteurs institutionnels chargés de la gestion des lieux portuaires  (autorités municipales, les chambres de commerce, les autorités militaires, l’Etat…) entretiennent-ils ?

            Quel est le discours tenu par les Etats, les villes et les chambres de commerce sur ces infrastructures ? Comment les populations locales perçoivent-elles ces dernières et comment se les approprient-elles ?

 

  • Une perspective littéraire :

1/ Identités de la ville portuaire :

Par quels moyens la littérature construit-elle une identité propre à la ville portuaire ? Quelles images, positives ou négatives, en offre-t-elle? Supposent-elles des formes d’écriture particulières? Quel regard la ville porte-t-elle sur elle-même ? Comment les écrivains qui y ont vécu en parlent-ils? Quelle est, d’autre part, la vision forgée par ceux qui lui sont extérieurs ?

Comment se reflète, dans les textes littéraires, la présence de communautés variées issues du brassage des populations et du cosmopolitisme inhérent à ce territoire ? Certaines villes (selon que le port est commercial, industriel, militaire ou touristique) suscitent-elles davantage l’inspiration, et dans quelle mesure ?

Ce lieu hybride ouvert sur l’espace maritime est-il plutôt défini comme un univers stable et cohérent ou comme un milieu interlope, essentiellement voué au transit, au commerce et au trafic ? Peut-on dégager un tableau général ou chaque œuvre propose-t-elle un point de vue différent ?

Comment la description littéraire dépeint-elle le visage particulier de la ville portuaire (quais, docks, silos, darses, chantiers navals, grues, criée de poissons, …)? En quoi la littérature a-t-elle relayé l’émergence de la station balnéaire, apparue au XIXème siècle (port de plaisance, plage, tourisme, sports nautiques…) ?

 

2/ Ville portuaire et ailleurs

La ville portuaire est une ville ouverte sur le large sauf en temps de crise. Le regard qu’elle porte sur elle-même dépend donc tout particulièrement des relations qu’elle entretient avec l’extérieur. De quelles façons la littérature donne-t-elle à imaginer ceux (main d’œuvre, marins, marchands, militaires, touristes etc.) qui arrivent et repartent de son territoire, et des mondes lointains avec lesquels elle échange ? Comment la littérature porte-t-elle témoignage  de ce lien particulier à l’altérité, entre expérience vécue et vision fantasmatique? Quelle est par exemple sa lecture de l’appel du large, des flux migratoires, des échanges culturels, des liens d’hospitalité, mais aussi des risques d’invasion, d’épidémies ?

 

3/ L’imaginaire de la ville portuaire

La ville portuaire est pour une large part l’objet de rêveries produites par ceux qui ne l’habitent pas mais la traversent sans y demeurer, ou l’imaginent sans la visiter, rêveries vectrices de mythes. La distance temporelle peut également produire une vision mythifiée, idéalisée, à moins qu’elle ne dramatise ou occulte certains événements. Qu’en est-il dans les œuvres qui en font leur sujet ?

Quels personnages emblématiques sont attachés à cet univers ? Y-a-t-il un mythe ou des mythes littéraires du pêcheur, du marin, du navigateur, etc. ? Les portraits sont-ils convergents ou variables selon les époques et les auteurs ?

Les cités portuaires ont imaginé « l’ailleurs ». Les mondes lointains ont tour à tour provoqué la fascination ou la crainte. Les phases de développement des échanges avec certaines régions du globe ont-elles suscité l’apparition de certaines thématiques et de certaines formes d’écriture. A quelles peintures significatives le commerce triangulaire, la colonisation et son déclin ont-ils donné lieu ? L’accélération des échanges internationaux est-elle l’occasion d’un renouvellement de l’imaginaire portuaire ?

 

Organisatrices : Catherine Haman (Unité de recherche sur l’Histoire, les Langues, les Littératures et l’Interculturel (HLLI), EA 4030) et Agathe Leyssens (UR-H.L.L.I., EA 4030).

Les propositions de communication (titre et résumé) accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique sont à transmettre par voie électronique pour le 9 juillet 2017 aux organisatrices.

Catherine Haman (catherine.haman@univ-littoral.fr)

Agathe Leyssens (agathe.leyssens@espe-lnf.fr)

http://mod-fictionnel.univ-littoral.fr/

Source: Fabula

(in)Visibilité(s) du monstre (Convergences francophones n°4)

Submitted by ccarlin on 7 May 2017 - 1:23pm

Pour son quatrième volume (4.3, décembre 2017), la revue Convergences francophones (ISSN 2291-7012) recherche des articles dans les domaines des lettres et des arts portant sur le thème suivant :

(in)Visibilité(s) du monstre

La question du monstre et du monstrueux fait florès depuis quelques années dans le milieu des études littéraires. Ces études interrogent le thème du monstre dans sa diachronie (histoire de la monstruosité), dans la création littéraire, dans le champ des représentations esthétiques, sociales, etc.

Si le monstre pouvait à la Renaissance servir de signe, les monstres des siècles suivants sont redevables de la révolution scientifique, avec notamment l’essor de la tératologie. Au XIXème siècle, “vaste conservatoire des annales de la monstruosité” (Chauvaud 244, Ethnologie française 21.3), le monstre aux traits résolument humains pose la question de la dénaturation de l'être que les théories scientifiques de l'époque, notamment celle de l'hérédité, tentent de rationaliser en proposant une généalogie du monstrueux. Le monstre devient le miroir d’un pendant sombre de l'être humain repoussant les marges de l'ordinaire et du "normal". Qu’il s’agisse d’avertir, d’annoncer ou de montrer, le monstre peuple durablement l’imaginaire collectif.

Nous souhaiterions revenir sur la notion de “monstre” par le biais d’une réflexion bien connue de Corneille qualifiant L’Illusion comique (1636) d’ “étrange monstre”. L’auteur faisait bien sûr référence à l’assemblage composite de sa pièce, mêlant différents genres dramatiques. Tout baroque que l’auteur puisse être, il n’était pas moins étonné de son oeuvre, au point qu’elle lui paraisse inhabituelle, en rupture avec le cadre pourtant irrégulier de l’esthétique baroque. L’écart d’avec la norme se verrait donc redoublé à moins que le premier écart (la monstruosité) n’en soit pas un, ou du moins, ne soit plus (ou pas) pensé comme tel par Corneille. Bref, il y aurait des monstres qui n’étonnent pas car complètement banalisés dans l’imaginaire d’une époque. Ces monstres seraient en quelque sorte invisibles, au grand dam de l’étymologie du mot qui renvoie au champ du visuel (monstrare).

Les monstres peuvent-ils tous être invisibles ? L’invisibilité est-elle temporaire ou permanente ? Si un monstre, par l’écart qui le constitue, évolue dans les marges, son invisibilité indique-t-elle l’invisibilité des marges pour une norme ? 

Les textes doivent être envoyés à Antoine Eche (aeche@mtroyal.ca), et Justine Huet (jhuet@mtroyal.ca).

Les articles doivent impérativement être mis au format MLA (6000-8000 mots) sous peine d’être refusés, aussi intéressant soient-ils. Leurs auteurs enverront également un résumé ainsi qu’une brève notice bio-bibliographique.

Les articles soumis seront évalués par deux membres du comité de lecture ou spécialistes sollicités pour l’occasion.

Date limite de soumission des articles : 15 août 2017

Date de retour des évaluations : 1er octobre 2017

Date de publication : décembre 2017

Convergences francophones est une revue biannuelle, pluridisciplinaire, en libre accès.

http://mrujs.mtroyal.ca/index.php/cf/index

Source: Fabula

Appel à contributions: Écrire, écouter, jouer, exposer l’histoire du théâtre. Questionnements, performances et débats

Submitted by ccarlin on 7 May 2017 - 1:20pm

70 ans de la Revue d’Histoire du Théâtre en 2018

En 2018, la Revue d’Histoire du théâtre fêtera ses 70 ans. À cette occasion, la Société d’Histoire du Théâtre organise un colloque-rencontres et des interventions artistiques questionnant les manières d’écrire l’histoire du théâtre. Les pistes théoriques et artistiques revenant sur l’histoire de la Revue d’Histoire du Théâtre, de l’émission Prestige du Théâtre produite par la Société d’Histoire du Théâtre ou sur les enjeux archivistiques de sa bibliothèque seront présents dans cet événement sans en résumer le projet ni en épuiser les perspectives. Il s’agit d’un point de départ à partir desquels la fabrique de l’histoire du théâtre pourra être interrogée sous de multiples  formes.

Attentif aux différents partenaires et aux différentes potentialités qu’ouvre ce projet, cet événement ne se pense pas comme un anniversaire mais comme un espace de rencontres, de débats, d’expérimentations et d’expériences transdisciplinaires, professionnelles et artistiques.

La Société d’Histoire du Théâtre propose ainsi de penser aussi bien des contributions rédigées, que des lectures, des propositions artistiques, des expositions d’archives…

Co-organisation : Société d’Histoire du Théâtre et Département des Arts du spectacle de la BnF.

 

Calendrier

Les propositions de 3000 signes maximum, tant pour les articles que pour les projets de lectures, d’expositions, etc. sont à envoyer à la Revue d’Histoire du Théâtre via Léonor Delaunay, coordinatrice du projet, avant le 1er octobre 2017

Journées d’organisation du colloque en novembre-décembre 2017

Décembre 2018 (entre le 1er et le 15) : colloque-anniversaire sur trois journées

 

Contact : leonordelaunay@gmail.com / info@sht.asso.fr

Voir page du site : http://sht.asso.fr/chantier-recherche/colloque-anniversaire-lhistoire-du-theatre-en-question/

 

Comité scientifique :

Marie Bouhaïk-Gironès, Marcel Bozonnet, Marco Consolini, Marion Denizot, Alice Folco, Pierre Frantz, Pascale Goetschel, Joël Huthwohl, Yves Jubinville (Québec), Sophie Marchand, Roxane Martin, Isabelle Moindrot, Aurélie Mouton-Rezzouk, Béatrice Picon-Vallin, Martial Poirson, Jeffrey Ravel (USA), Emmanuel Wallon, Jean-Claude Yon.

Appel à communications: Mémoires, traces et empreintes

Submitted by ccarlin on 7 May 2017 - 1:10pm

CELEC Centre D’Etudes sur les Littératures Etrangères et Comparées EA 3069, Université Jean Monnet, Saint-Etienne.

Colloque international et interdisciplinaire : « Mémoires, traces et empreintes »

20-21 novembre 2017

Date limite pour les propositions: le 31 mai 2017

Université Jean Monnet, Saint- Etienne

Organisatrices : Elisabeth Bouzonviller, Floriane Reviron-Piégay et Emmanuelle Souvignet

Appel à communication :

La mémoire conçue comme faculté de conserver et de rappeler des états de conscience passés et ce qui s’y trouve associé est indissociable des multiples formes que peut prendre son expression. Si dans un premier temps « trace » et « empreinte » peuvent être perçues comme synonymiques, il apparaît que la relation de l’une à l’autre est plus subtile et complexe. La trace et l’empreinte semblent engager le corps plus que l’intellect, a contrario, la mémoire semble plus intangible, d’un ordre plus intellectuel ; elle n’en repose pas moins sur la capacité d’un individu à enregistrer de manière plus ou moins parfaite ou lacunaire des impressions qui ont partie liée au corps. Malgré les liens d’inimitié entre écriture et mémoire que Platon nous rappelle dans le Phèdre, la mémoire est indissociable du geste d’écriture dont la rature, la biffure, le brouillon, la récriture sont autant de traces. La trace est beaucoup moins formelle que l’empreinte puisque dans la trace il y a presque toujours blessure, enlèvement, agression, ce qu’il n’y a pas dans l’empreinte qui procède par apport de matière.[1] Ce rapport à la matière nous invite à considérer la nature de la trace et de l’empreinte : l’acte de mémoire est-il fortuit (mémoire éruption) ou le fruit d’un effort de remémoration (mémoire reconstruction) ? Dans l’un et l’autre cas, on pourra envisager la relation entre les trois termes sous l’angle de l’ omission, de l’oubli ou au contraire de l’exhaustivité. Si dans les deux cas (trace et empreinte) le corps est engagé, on pourra aborder la mémoire et son rapport à la blessure, à la douleur : l’œuvre commise est-elle réparation, suture, ou au contraire simple cicatrice, stigmate d’un vécu douloureux ? En d’autres termes quelle est la fonction de cette trace ou de cette empreinte ? L’empreinte proche de l’impression nous amène aussi à envisager les relations entre perception et sensation, car la mémoire, qu’elle soit individuelle ou collective, qu’elle participe d’une reconstruction ou d’un phénomène d’éruption est une forme de perception impressionniste : elle partage avec l’impressionnisme un mode de fonctionnement par association d’idées et sélection. La mémoire est un mixte de sensations et d’images dont le lien se fait par similitude ou contiguïté, ainsi un souvenir en appelle un autre de même qu’un point d’un tableau impressionniste n’est jamais lisible indépendamment des autres.

Un des objectifs de ce colloque sera de repenser le lien entre la mémoire et ses différentes formes d’expression : La mémoire s’exprime de manière privilégiée dans les œuvres introspectives et intimistes telles que le mémoire, genre littéraire de l’entre-deux à la croisée des annales, du journal intime et de l’autobiographie qu’il conviendra de redéfinir. Mais la fiction peut tout aussi bien se faire vecteur de mémoire lorsqu’il s’agit d’évoquer des événements marquant de l’Histoire ou la mémoire d’une personnalité en particulier. Il s’agit alors pour l’écrivain de faire œuvre de mémoire, de laisser une trace pour ceux qui n’en sont pas/ plus capables, ou de laisser une trace de textes/ d’œuvres antérieures. A cet égard des contributions sur la reprise d’œuvres canoniques, la façon dont les textes gardent la mémoire d’autres textes et toute autre forme d’intertextualité seront bienvenues.

Enfin un dernier axe pourra être envisagé, celui de l’exploration du lien entre Mémoire et espace puisqu’il n’est point de mémoire collective qui ne se déroule dans un cadre spatial (Halbwachs). On pourra dans ce cadre évoquer le monument artistique ; littéraire ou réel et explorer les liens entre architecture et texte. L’œuvre de commémoration de quelque nature qu’elle soit est tenue de construire et de perpétuer une mémoire – à commencer peut-être par la sienne propre – selon le postulat que les ouvrages célèbres des grands auteurs sont des monuments plus durables que le marbre. En cela la trace et le monument s’opposent, puisque l’une résulte d’une déformation, d’une rupture, d’un dépôt toujours susceptible d’être effacé, tandis que l’autre signifie sa présence de manière massive et dans sa matérialité pleine : la trace est de l’ordre du résidu involontaire nous dit Jean-Luc Martine[2], ce qui n’est pas le cas du monument qui fige la présence dans une forme d’éternité. Il conviendra donc de dépasser l’opposition monument/trace pour voir comment la Mémoire s’incarne dans certains lieux privilégiés (on pense au mausolée, à l’épitaphe, au monument funéraire, à certains sites historiques préservés et à tout type de monument destiné à honorer la mémoire de certains événements, groupes sociaux ou personnalités marquants).

Il s’agira donc de s’intéresser aux diverses formes d’expression littéraires, sociologiques, philosophiques et artistiques de la mémoire, qu’elle soit collective, familiale ou individuelle dans les cultures anglosaxonnes et hispaniques. Langues du colloque , l’anglais, l’espagnol et le français.

Les propositions de communication (environ 300 mots) accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique sont à transmettre par voie électronique pour le 31 mai 2017 aux organisatrices.

Elisabeth Bouzonviller (elisabeth.bouzonviller@univ-st-etienne.fr)

Floriane Reviron-Piégay (floriane.reviron.piegay@univ-st-etienne.fr)

Emmanuelle Souvignet (emmanuelle.souvignet@univ-st-etienne.fr)

CELEC Centre D’Études sur les Littératures Etrangères et Comparées EA 3069, Université Jean Monnet, Saint-Etienne, France.

 

[1] Voir Jacques Clauzel et Pierre Dhainaut, « L’Autre qui est l’hôte : regards sur une collaboration », Choses tues : le trait, la trace, l’empreinte, éd. Marie Jocqueviel-Bourjea, Montpellier : Presses Universitaires de la Méditerranée, 2004, p. 120.

[2] « Le Monument ou le tombeau du sens : les idées de monument et de trace dans le discours des dictionnaires de Richelet à l’Encyclopédie. », Le Monument, la trace, éd. Yinsu Vizcarra, Caen : PU de Caen, 2008, 21.

[3] « L’Autre qui est l’hôte : regards sur une collaboration », Jacques Clauzel, Pierre Dhainaut, Choses tues : le trait, la trace, l’empreinte, éd. Marie Jocqueviel-Bourjea, Montpellier : Presses Universitaires de la Méditerranée, 2004, p. 120.

[4] « Le Monument ou le tombeau du sens : les idées de monument et de trace dans le discours des dictionnaires de Richelet à l’Encyclopédie. », Le Monument, la trace, éd. Yinsu Vizcarra, Caen : PU de Caen, 2008, 21.

Renaissance Society of America

Submitted by ccarlin on 7 May 2017 - 12:55pm
RSA 2018 New Orleans Hilton New Orleans Riverside, 22–24 March 2018

Conference hashtag: #RenSA18

Proposals due June 7, 2017.

The Program Committee for the 64th Annual Meeting of the Renaissance Society of America invites submissions for individual papers or sessions on any aspect of Renaissance studies (1300–1700). At our conference we aim to foster an environment of inclusion, collaboration, and academic freedom. Because the RSA is a multidisciplinary society we especially welcome submissions that cross traditional disciplinary boundaries, as well as those that spotlight scholarship that is discipline specific.

Sessions sponsored by our Associate Organizations and Discipline Representatives will make up part of the program. The rest will consist of sessions and individual papers proposed by RSA members and other scholars and selected by our Program Committee. You do not need to be an RSA member to submit a proposal or be included in a proposal, but if your session is accepted you must become a member for the year 2018.

The RSA Annual Meeting in New Orleans will be a large conference with more than forty sessions meeting concurrently. Please note that the Program Committee will not be able to accept every submission. Therefore, proposing a session or a paper indicates your firm commitment to attend. To take a slot and then later withdraw is discourteous to colleagues who would have liked to present a paper.

Discipline Representatives are authorized to submit up to five sessions, which may be linked or not. Associate Organizations are allotted up to three sessions (linked or not). Any additional sessions proposed by Discipline Representatives or Associate Organizations will be vetted by the Program Committee. Other Organizers may also propose up to three sessions (linked or not). However, please note that sessions organized in honor or in memory of an individual scholar are limited to no more than two.

Proposals for roundtables are also welcome but these should be stand-alone sessions in terms of their content. Roundtables that involve recapping the content of other sessions are not likely to be accepted, because they take up valuable space in the program that could be used to present other research.

The Program Committee welcomes sessions that present the scholarship of members at various stages of their careers. Each session must include at least one speaker who has received the PhD or other terminal degree. Graduate student speakers must be in candidacy or the equivalent for their program; that is, they must be advanced students who have completed coursework, examinations, and much of their dissertation research, and expect to defend their dissertations in 2018 or 2019. They must speak on topics directly related to their dissertation research, rather than presenting term papers.

In order to avoid scheduling conflicts, participants may not give more than one paper, be a discussant in more than one roundtable, or be a respondent in more than one session. A participant may chair up to two sessions.

The submissions website will open in mid-May, and the deadline for submissions will be Wednesday, 7 June 2017, at 11:59 p.m. (Eastern Daylight Time). Travel Grant applications for those coming from outside North America are also due on June 7. Acceptance decisions will be communicated to submitters in mid-August. For more information regarding submissions, see our Submission Guidelines page.

http://www.rsa.org/general/custom.asp?page=2018NOLA

Syndicate content