Login | Join/Renew

Calls for Papers/Contributions

CfP: The Making of the Humanities VI

Submitted by ccarlin on 1 March 2017 - 1:43am

University of Oxford

28-30 Sept 2017

Deadline for proposals: 15 April 2017

The sixth conference on the history of the humanities, ‘The Making of the Humanities VI’, will take place at the University of Oxford, Humanities Division and Somerville College, UK, from 28 till 30 September 2017. The MoH conferences are organized by the Society for the History of the Humanities and bring together scholars and historians interested in the history of a wide variety of disciplines, including archaeology, art history, historiography, linguistics, literary studies, media studies, musicology, and philology, tracing these fields from their earliest developments to the modern day. We welcome panels and papers on any period or region. We are especially interested in work that compares scholarly practices across humanities disciplines and civilizations. Please note that the Making of the Humanities conferences are not concerned with the history of art, the history of music or the history of literature, and so on, but instead with the history of art history, the history of musicology, the history of literary studies, etc. Keynote Speakers: Elisabeth Décultot, Martin-Luther-Universität Halle-Wittenberg: From an Antiquarian to an Historical Approach? The Birth of Art History in the 18th Century Shamil Jeppie, University of Cape Town: Styles of Writing History in Timbuktu and the Sahara/Sahel Peter Mandler, University of Cambridge: The Rise (and Fall?) of the Humanities Paper Submissions: Abstracts of single papers (30 minutes including discussion) should contain the name of the speaker, full contact address (including email address), the title and a summary of the paper of maximally 250 words. For more information about submitting abstracts, see http://www.historyofhumanities.org/. Deadline for abstracts: 15 April 2017 Notification of acceptance: June 2017 Panel Submissions: Panels last 1.5 to 2 hours and can consist of 3-4 papers and possibly a commentary on a coherent theme including discussion. Panel proposals should contain respectively the name of the chair, the names of the speakers and commentator, full contact addresses (including email addresses), the title of the panel, a short (150 words) description of the panel’s content and for each paper an abstract of maximally 250 words. For more information about submitting panels, see http://www.historyofhumanities.org/. Deadline for panel proposals: 15 April 2017 Notification of acceptance: June 2017

CFP: Migration(s): Body, Word, Spirit

Submitted by ccarlin on 1 March 2017 - 1:37am

University of Maryland Medieval and Early Modern Field Committee

Annual Conference 10–11 November 2017 College Park, Maryland

Proposals due 1 May 2017

Migration(s): Body, Word, Spirit

Migration(s) of various sorts—of people, information, political, religious, and cultural movements—have long transformed the periods, places, and paradigms in which they occur. Recent scholarship has underlined the fundamental importance of migrations in the medieval and early modern periods. Intrinsically interesting in their original context, these historic migrations also provide much-needed perspective on the migrations our world is currently experiencing.

Keynote Speaker: Prof. Nicholas Terpstra, University of Toronto

We invite 250–300 word proposals for individual 20-minute papers from established scholars and advanced graduate students based on, but not limited to, the themes outlined below. Digital projects welcome.

  • Refugees
  • Exiles
  • Diasporas
  • Expatriate/Merchant Communities
  • Economic Migrants
  • Immigrants/Emigrants
  • Books and Manuscripts
  • News and Correspondence
  • Production/Wholesale/Retail Centers of Book and Manuscript Culture
  • Political/Religious/Cultural Ideas
  • Pandemic Diseases
  • Environmental Change
  • Education Reforms

Please submit proposals to the organizers by 1 May 2017. Organizers: Andrea M. Frisch (afrisch@umd.edu) Sabrina Alcorn Baron (sbaron@umd.edu) Stefano Villani (villani@umd.edu) Contact Shaun Russell (sjr@umd.edu) for more information.

CFP: MLA 2018

Submitted by ccarlin on 16 February 2017 - 1:05am

Dear Colleagues,
I invite you to send paper proposals for the following sessions of the 2018 MLA, held in New York, January 4-7. 1-page abstracts should be sent to the respective organizers by March 15.

LLC Seventeenth-Century French Literature
Call for Submissions:

Guaranteed session: "Current Trends in the Poetics of the 17th-century French Text," chaired by Toby Wikstrom, twikstro@tulane.edu

Guaranteed session: "Sound, Noise, and Silence in Seventeenth-Century France, chaired by Hall Bjornstad. hallbjor@indiana.edu

The non-guaranteed is "Security and Surveillance during the Ancien Regime, chaired by Jean-Vincent Blanchard. jblanch1@swarthmore.edu

Jean-Vincent Blanchard
Swarthmore College
Secretary, MLA LLC Seventeenth-Century French Literature Forum

CFP: Pre-19th century French Literature at RMMLA 2017

Submitted by ccarlin on 15 February 2017 - 11:08am

ROCKY MOUNTAIN MODERN LANGUAGE ASSOCIATION
October 12-14, 2017
Abstracts by March 1, 2017

Dear Colleagues,
 
I will be chairing the session on pre-19th century French Literature at the 2017 RMMLA Convention in Spokane, Washington, on October 12-14, 2017. [...] I would love to include papers on French women writers.
 
Please submit an abstract of no more than 250 words to:  mathieuf@southwestern.edu by March 1, 2017.
 
Thank you,
 
Francis Mathieu
-- 
Francis Mathieu, Ph.D.
Associate Professor of French
Southwestern University
 
http://www.uwyo.edu/modlang/rmmla/convention/

CFP: MLA, New York, January 4-8, 2018, for a collaborative session between the 16th and 17th-century forum.

Submitted by ccarlin on 13 February 2017 - 4:20pm

The Sixteenth/Seventeenth Century Divide in French

French studies in North America has, by and large, clung to a divide between sixteenth and seventeenth centuries that was imported wholesale from the French academy. What’s at stake in this divide, how did it come to be, and how have its constraints shaped our field? How do those of us who work across that divide articulate our difference from that norm, and how do we define our historical corpus? How do different institutions or national traditions redraft it? What approaches, methodologies or problematics might benefit from taking down the wall between our ways of working? We invite a wide range of reflections in a round-table format (5 minutes per speaker). Send 200-word proposals to Katherine Ibbett (k.ibbett@ucl.ac.uk) and Jan Miernowski (jmiernow@wisc.edu) by 10 March 2017.

Appel à communications: Les redistributions du genre dans la littérature de langue française du Moyen-Age à l’extrême contemporain : les reconfigurations du masculin et du féminin

Submitted by ccarlin on 13 February 2017 - 4:07pm

Rennes (16-17 mars 2018), propositions avant le 1er juin 2017

Colloque  international Université Rennes 2

La fascinante histoire des idées dans le dernier demi-siècle en Occident1 montre comment toute une génération d’intellectuelles américaines se sont inspirées dans les années 80 de la « pensée française » (French thought) : l’historienne Joan W. Scott influencée par Foucault définit le genre comme « façon primordiale de signifier des rapports de pouvoir »2 ; avec la philosophe Judith Butler3, l’analyse du genre se constitue comme théorie de la performance issue de l’analyse lacanienne du désir et de la séduction sexuelle4. Dans les années 2000, par une sorte de fécondation réciproque, la théorie du genre revient en France où les études en sciences humaines et sociales poursuivent le travail de dénaturalisation des comportements en analysant les rapports de sexe en tant qu’historiquement déterminés, ainsi que les effets de l’assignation des identités sexuées sur les individus et sur l’ensemble du système social5.

La littérature est un champ où l’exploration de ce concept est particulièrement fructueuse puisque les textes littéraires, outrepassant les normes de binarité imposée dans la construction sociale des identités sexuées, produisent les mises en scène les plus variées et parfois les plus fantasques de leur dépassement. En revisitant les corpus traditionnels au prisme du genre, cette relecture fait émerger des sens nouveaux, jusqu’alors inexploités. Notre colloque a donc pour but de faire le point sur la recherche actuelle en littérature, domaine qui reste encore largement à prospecter en France6.

L’objectif sera ici de s’intéresser à la problématique des identités sexuées – non à celle des orientations ni des pratiques sexuelles –, en privilégiant la question des subversions, brouillages, défaussements (explicites ou clandestins), ainsi que des mises en cause de ces identités.

Il s’agira donc d’étudier l’appropriation réciproque, par chacun des deux sexes, des attributs assignés à l’autre, la redistribution des catégories, physiques, mentales, sociales (etc.) entre masculin et féminin, et les moyens spécifiquement littéraires mis en œuvre pour subvertir ces catégories. Depuis le début du XXème siècle, dit Laure Murat, une idée « gagne du terrain : la gradation entre masculin et féminin »7. Par-delà la mise en scène littéraire d’une certaine porosité des catégories, la réflexion peut aller du simple brouillage des identités sexuées à une inversion plus marquée. Elle peut concerner aussi les figures marginales et très fécondes, en littérature, de l’inter-sexe et de l’inter-genre ; de personnages – souvent idéaux – nantis des attributs des deux identités sexuées : biologiques (figures d’androgynie), et/ou sociales (éducation opposée au genre assigné et produisant un être complet cumulant les données du masculin et du féminin, qui transcende les limites de la norme).

Dans ce champ de réflexion infinie, il s’agira de repérer les récurrences et variations des stratégies littéraires dans le traitement des identités sexuées selon les époques et les contextes culturels ; et de souligner les moments et mouvements littéraires qui nourrissent particulièrement ce topos.

Ainsi la réflexion pourra porter sur la distanciation face aux injonctions sociales dans la construction des identités sexuées (en particulier dans l’acte de récuser la norme), mais aussi sur les variations et toutes les formes de fluctuation entre masculin et féminin, puisque la littérature est l’espace privilégié pour la mise en scène d’une ambiguïté condamnée à rester souvent en deçà du langage.

Préconisations méthodologiques 

Outre les approches littéraires, les analyses de diverses disciplines (linguistique, psychologie, psychanalyse, sociologie, histoire…) sur cette question controversée sont les bienvenues, à condition de poser une approche ciblée sur le fait littéraire.

Il conviendra également de mesurer la place des œuvres abordées dans l’histoire de la littérature. En inscrivant la réflexion dans une perspective trans-séculaire, on tentera de dégager quelques jalons dans la variabilité de la représentation et de l’exploitation littéraire des identités sexuées au cours des siècles.

Il est souhaitable que soient abordés des corpus variés et représentatifs du point de vue diachronique et que soient élaborées non de simples monographies particulières, mais des mises en perspective transhistoriques et génériques de ces corpus, qui pourront concerner un large panel d’auteur/e/s de langue française.

Pistes possibles

En vue d’explorer la déconstruction des stéréotypes et celle des identités genrées, les questions suivantes pourront, par exemple, être abordées :

  • quelles appropriations du masculin par le féminin et du féminin par le masculin ?
  • quels jeux sur des figures paradigmatiques (historiques, mythologiques : ex, figures de Tirésias, des Amazones) sont les éléments moteurs de cette perturbation ?
  • à partir de quand peut-on repérer, dans les textes littéraires, un début de brouillage des normes ? Il y a-t-il une catégorie qui subvertit d’abord l’autre ? Cette prérogative est-elle localisable surtout dans des textes d’auteurs hommes ou femmes ?
  • est-il possible de situer historiquement, dans les textes littéraires, les premiers fléchissements du masculin par rapport à la norme ? peut-on parler au XXème et XXIème siècles d’un recul, voire d’un effondrement des normes du masculin ? Jusqu’à quand le bastion du genre dans ce domaine semble-t-il rester vivace ?
  • quelles figures inter-sexuées ou inter-genrées apparaissent, quand et où ?
  • en quoi les motifs du travestissement et de la métamorphose sont-ils annexés au brouillage des identités de genre ?
  • comment le personnage et/ou l’instance énonciative perturbent-ils, contournent-ils l’injonction sociale sur l’identité sexuée, ou s’y soustraient-ils ?
  • comment les points de vue ou les divers dispositifs spécifiques selon les genres littéraires (narratifs, lyriques, dramatiques, autres) participent-ils à la perturbation des identités genrées ?
  • quelles formes textuelles sont privilégiées (textes fictionnels, dramatiques, lyriques,…), et à quels moments de l’Histoire ? Quels moyens, quels registres – distanciés ou non (ironie, parodie…) – sont mis en œuvre par la littérature pour revendiquer explicitement ou dire implicitement une crise de l’identité masculine ou féminine ?
  • comment l’intertextualité et la réécriture de modèles littéraires contribuent-elles à déconstruire les identités sexuées ?
  • mais aussi, de façon plus globale, la littérature semble-t-elle anticiper les interrogations sociales sur le genre, les refléter en simultané ou les retranscrire en différé ?…

Première esquisse d’une réflexion trans-séculaire 

(Cet apport ne présage en rien de l’agencement final des interventions qui seront organisées plutôt à partir de problématiques transversales.)

La littérature du Moyen-Age offre des figures genrées qui ont focalisé l’intérêt des critiques, comme celle de la dame et du chevalier ou encore la figure royale, qui continuent d’ailleurs à alimenter les manuels du secondaire, souvent ravalées au rang de stéréotypes par delà la diversité de leurs attestations textuelles. Mais le Moyen Age a aussi exploité le travestissement et la métamorphose d’un sexe à l’autre : ainsi des déguisements de femmes en hommes dans Le Roman de Silence ou le Roman de Floris et Lyriopé, ou de la métamorphose de Christine en homme (Christine de Pizan, Le Livre de mutation de Fortune) ou des réécritures de la métamorphose de Tirésias en femme. Les figures de femmes viriles ne sont pas rares, souvent associées à des figures antiques (Camille, les Amazones par exemple) mais pas exclusivement si l’on songe à Jeanne d’Arc. La littérature médiévale offre aussi des cas d’investissement de voix féminines chez les troubadours ou poètes lyriques de la fin du Moyen Age comme Machaut ou inversement des cas plus rares d’investissements féminins de la voix masculine, chez Christine de Pizan (Cent ballades d’amant et de dame, Livre du duc des vrais amants) dont on peut se demander s’ils infléchissent ou non les identités genrées. Cette auteure, la première à avoir revendiqué une autorité littéraire au féminin après Marie de France, non seulement subvertit les identités genrées par sa prétention à une reconnaissance sociale, mais déploie des figures et stratégies multiples pour subvertir l’assignation à une identité féminine subalterne, tout en proposant une réflexion philosophique et théologique pour défendre une conception non essentialiste du genre. La figure masculine peut aussi être féminisée, comme chez Narcisse ou dans la figure du clerc. On pourrait relire la querelle des femmes, développée à partir du Roman de la Rose avec ses champions et détracteurs, en se demandant si elle consolide ou inversement ébranle les identités genrées. Procédés et jeux sur le genre ne sont donc pas une création de la modernité…

Si l’époque classique a veillé à rendre plus normatives les injonctions sociales et à imposer une binarité plus différenciée des codes, le XVIIIème siècle a ouvert la voie à un discours émancipateur en vue d’explorer des alternatives à des représentations genrées figées. La montée en puissance de l’auteur (cf. P. Bénichou, Le Sacre de l’écrivain) et le développement important du lectorat féminin, en particulier, ont donné de nouvelles assises à la fiction romanesque. Les auteures se sont emparées de cet espace de liberté qui  s’offrait à elles pour proposer un renouvellement des thématiques romanesques, une orchestration différente des hiérarchies sexuées (avec par exemple un  personnage masculin tout en délicatesse et en sobriété dans les Lettres d’une Péruvienne de madame de Graffigny ; voir aussi les mutations en germe dans l’écriture utopique, comme chez Diderot, Le Supplément au voyage de Bougainville…).

Dans cette modernité le XIXème siècle a, quant à lui, élargi la réflexion sur le champ d’une reconfiguration possible des assignations, d’abord par le discrédit jeté sur les stéréotypes sociaux du féminin (Corinne, Madame de Staël) et par une déstabilisation des modèles du masculin (voir Stendhal, mais aussi une identité virile en net fléchissement chez un Felix de Vandenesse – Le Lys dans la vallée, Balzac – ou un Frédéric Moreau – L’Education sentimentale, Flaubert), avec en parallèle le développement de la figure de l’inter-sexué (telle qu’elle peut apparaître dans Séraphîta de Balzac) ou les jeux multiples sur les inversions de genre (Gabriel de George Sand et, à la fin du siècle, Monsieur Venus de Rachilde).

Le XXème siècle reprend cette réflexion en la dépouillant de son aspect fantastique (très présent chez Balzac, Sand ou Rachilde) et en l’ancrant dans le monde réel : c’est ainsi qu’apparaissent les figures de l’amant au pouvoir paradoxalement accru par la féminisation de ses attributs, physiques et psychiques (chez Colette, Duras…).

Le XXème poursuit une véritable redistribution des données socialement construites, par une érosion du concept du masculin et son appropriation par la sphère du féminin : voir la virilisation des héroïnes dans les textes littéraires, à travers des figures féminines non seulement de la révolte politique (l’Electre du début des Mouches, l’Antigone d’Anouilh, les « guérillères » de Monique Wittig…), mais aussi de la domination mentale, qu’elle soit sociale, professionnelle, artistique… (Ceci va de pair avec une dévalorisation des modèles féminins traditionnels et les mises en scène de femmes rompues8 que Beauvoir et les écrivaines de la génération 70 ont multipliées, pour dénoncer l’invalidité des modèles sociaux du genre.)

Cette redéfinition des données se prolonge aussi par une crise plus marquée des représentations du masculin : à la génération des héros combatifs et courageux de la première moitié du siècle (Malraux, Saint-Exupéry…) succède celle de personnages masculins en déroute dans leur virilité même (dans l’extrême contemporain, les exemples d’impuissance existentielle abondent : personnages de Carrère, Toussaint, Houellebecq…).

Voici donc une feuille de route ambitieuse, qui entend ne rien négliger de la question du genre dans ses mises en scène plurielles à travers les siècles, les classes sociales, les styles, les stratégies littéraires et les auteur/e/s « des deux sexes et autres » (Balzac9).…

Sera ainsi captée dans son évolution, alors qu’elle reste en constant devenir, une interrogation cruciale à nos sociétés modernes qui, déjà à l’œuvre au Moyen-Age, s’est déployée jusqu’à constituer un renouveau majeur de la critique littéraire contemporaine…

Marie-Françoise Berthu-Courtivron, Fabienne Pomel (CELLAM, Université Rennes 2)

 

Les communications dureront de 20 à 25 minutes (maximum). Les propositions (titre et résumé) sont à envoyer avant le 1er juin 2017 aux deux organisatrices :

mf.berthu-courtivron@univ-rennes2.fr

fabienne.pomel@univ-rennes2.fr

Les réponses seront données pour le 10 juillet 2017.

L’hébergement sera assuré à Rennes pour les intervenants/es, mais non le coût des transports.

Conseil scientifique :

Anne-Emmanuelle Berger (Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis / Cornell University, USA)

Marie-Françoise Berthu-Courtivron (Université Rennes 2)

Isabelle Brouard-Arends (Université Rennes 2)

Roger Célestin (University of Connecticut, USA)

Anne Garréta (Université Rennes 2 / Duke University, USA)

Rotraud von Kulessa (Université d’Augsbourg, Allemagne)

Audrey Lasserre (UCL – Université de Louvain-la-Neuve,  Belgique)

Laure Murat (University of California, Los Angeles, USA)

Christine Planté (Université Lyon 2)

Fabienne Pomel (Université Rennes 2)

Martine Reid (Université de Lille Nord de France)

Richard Trachsler (Université de Zurich, Suisse)

 

Quelques éléments d’une bibliographie récente (depuis 2000, par ordre chronologique)

Sur le genre en général

– Rauch, André, Le premier sexe: mutations et crise de l’identité masculine, Hachette Littératures, 2000

– Maugue, Annalise, L’identité masculine en crise au tournant du siècle, Payot & Rivages, 2001

– Le genre face aux mutations: masculin et féminin, du Moyen Âge à nos jours, Luc Capdevila, Sophie Cassagnes, Martine Cocaud, Dominique Godineau, François Rouquet et Jacqueline Sainclivier (dir.), Presses universitaires de Rennes, 2003

– Dominique Fougeyrollas-Schwebel, Christine Planté, Michèle Riot-Sarcey et Claude Zaidman (dir.), Le Genre comme catégorie d’analyse Sociologie, Histoire, Littérature, L’Harmattan, « Bib. Du féminisme », 2003

– L’éternel masculin, Patricia Mercader et Laurence Tain (dir.), Presses universitaires de Lyon, 2003

– Badinter, Élisabeth, XY, de l’identité masculine, O. Jacob, 2004 

– Le genre des territoires: masculin, féminin, neutre, Christine Bard (dir.), Presses de l’Université d’Angers, 2004

– Butler, Judith, Trouble dans le genre, La Découverte, 2005

– Murat, Laure, La loi du genre, Fayard, 2006

– Histoire de la virilité, t. III, La virilité en crise ? XXe-XXIe siècle, Jean-Jacques Courtine (dir.), Le Seuil, 2011

– Mechthild Fend,  Les limites de la masculinité. L’androgyne dans l’art et la théorie de l’art en France (1750-1830), La Découverte, coll. « Textes à l’appui / Genre & sexualités », 2011

– Le Genre à l’œuvre, Melody Jan-Ré (dir.), L’Harmattan, « Logiques Sociales (Sociologie des Arts) », 3 vol., 2013

– Qu’est-ce que le genre ?, Laurie Laufer, Florence Rochefort (dir.,), Payot, 2014

– Berger, Anne-Emmanuelle : a) Le Grand théâtre du genre, Belin, 2013 

b) « Genre », in Fragments d’un discours théorique (E. Bouju dir.), éd. Cécile Defaut, 2015

– Mon corps a-t-il un sexe ? Sur le genre, dialogues entre biologies et sciences sociales, Evelyne Peyre et Joëlle Wiels (dir.), La Découverte « Recherches », 2015

Sur le genre en littérature

– Masculin-Féminin dans la poésie et les poétiques du XIXe siècle, Christine Planté (dir.), Presses universitaires de Lyon, 2002

– Noble, Jean Bobby, Masculinities without men ? Female masculinity in twentieth-century fictions, Vancouver, University of British Columbia Press, 2004

– « Féminin/Masculin. Écritures et représentations », Christine Planté (dir.), dans Lieux littéraires – La Revue n° 7-8, Montpellier III, 2005, p. 7-180

– La Littérature en bas-bleus, colloques Université Lille 3, Andrea del Lungo et Brigitte Louichon (dir.), Ed. Classiques Garnier, coll. « Masculin/féminin dans l’Europe moderne », t. I : 2010 / t. II : 2013 / t. III à paraître, 2017

– Les Femmes dans la critique et l’histoire littéraire, colloque BnF 2009, Martine Reid (dir.), Champion, 2011

– Guidée, Raphaëlle, « Unsex me ! Littérature et violence politique des femmes », Penser la violence des femmes, Coline Cardie, Geneviève Pruvost (dir.), chap. 22, La Découverte, 2012

– Tradition des romans de femmes. XVIIIe-XIXe siècles, Catherine Mariette-Clot et Damien Zanone (dir.),Champion, 2012

– Maira, Daniele et Roulin, Jean-Marie, Masculinités en révolution de Rousseau à Balzac, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2013

– Christine Planté, La Petite Sœur de Balzac – Essai sur la femme auteur, PUL, 2015 (2ème éd., avec une préface de Michelle Perrot et une postface inédite)

– Le Masculin dans les œuvres d’écrivaines françaises – « Il faut beaucoup aimer les hommes »,Françoise Rétif (dir.), Garnier, 2016

– Figures féminines de l’histoire occidentale dans la littérature française, Mercè Boixareu, Esther Juan-Oliva, Angela Romera-Pintor (dir.), préface Michelle Perrot, Champion, 2016

– Fictions modernistes du masculin-féminin: 1900-1940, Andrea Oberhuber, Alexandra Arvisais et Marie-Claude Dugas (dir.), Presses universitaires de Rennes, 2016

– Dossier « Genre et littérature », Lieselotte Steinbrügge et Hendrik Schlieper (dir.), Lendemains (Freiburg), n°2/3, 2016

– Histoire culturelle des femmes en littérature, du moyen âge au XXIe siècle, Martine Reid (dir.), Gallimard, « Folio », à paraître 2017

– Planté, Christine, « Le genre en littérature : difficultés, usages et fondements d’un concept », dansLe(s) genre(s).Définitions, modèles, épistémologie, GenERe (dir.), Ens éditions, à paraître (2017 ?)

 

1 Histoire retracée par Anne-Emmanuelle Berger dans Le Grand théâtre du genre, Belin, 2013. Voir aussi sa contribution à Fragments d’un discours théorique (Emmanuel Bouju dir.), éd. Cécile Defaut, 2015, p. 173-192.
2 Son article célèbre « Gender as a Useful Category of Historical analysis », qui a lancé les études de genre en France, y a été traduit et publié en 1988 : « Genre : une catégorie utile d’analyse historique »,Cahiers du GRIF, vol. 37-38 (Michèle Riot-Sarcey, Christine Planté, Eleni Varikas dir.), p. 125-153. Les positions théoriques de Scott sont par ailleurs nourries de la lecture de Derrida, Bourdieu et Lacan, mais également de celle des féministes françaises comme Monique Wittig.
3 Trouble dans le genre, La Découverte, 2005
4 Voir aussi d’autres intellectuelles de la gender theory comme Donna Haraway ou Teresa de Lauretis ayant ouvert la réflexion vers la queer theory,…
5 Citons, parmi d’autres, les travaux de Michelle Perrot en histoire, Françoise Héritier en anthropologie, Lawrence Kohlberg en psychologie, Catherine Vidal en neurobiologie…
6 Voir la mise au point de Christine Planté, « Le genre en littérature : usages et difficultés d’un concept », conférence décembre 2015, colloque du laboratoire Genere de l’ENS Lyon, Presses de l’ENS, à paraître.
7 Murat, Laure, La loi du genre, Fayard, 2006, p. 173
8 Formule empruntée au titre de Beauvoir.
9 Le Père Goriot, Hatier (éd. 2004), p. 9.
 
Source: SIEFAR

Appel à communications: États d’ivresse : discours et images des corps ivres (de l’Antiquité aux Lumières)

Submitted by ccarlin on 13 February 2017 - 4:03pm

Paris (24 novembre 2017), propositions avant le 15 juin 2017

Journée d’étude organisée par l’axe THÉLÈME – Littérature & Sciences humaines

CERILAC – EA 4410

Université Paris-Diderot

Objet avéré du dialogue des disciplines (littérature, histoire, médecine, philosophie, droit, anthropologie…), le corps ivre fait partie à la fois des corps intéressant la plasticité de la représentation littéraire et des corps socialement problématiques qu’il convient de décrire et circonscrire, car l’ivresse peut apparaître comme un moyen socialement toléré de dépasser les bornes ou, à l’échelle individuelle, d’aménager les règles de la mémoire et de l’oubli de soi au profit de cette transgression, à l’instar du Saint-Preux de La Nouvelle Héloïse jouant avec la « fatale intempérance ». À cet égard, le corps ivre met en jeu l’identité et ses modes de subjectivation, le rapport du corps et de l’esprit et celui du normal et du pathologique. Prompt au juron et au blasphème, lieu de la parole échappée, il interroge les normes tant laïques que religieuses du licite et de l’illicite, du tolérable et de l’obscène ou du « bas » ; relevant, dans ses manifestations physiques, de la véhémence et de la performance, il s’intègre à la satire comme à l’évaluation éthique et esthétique de « l’enthousiasme » (ivresse du poète) ; ainsi inscrit dans les genres de discours, il permet de saisir un « style » médical, policier, juridique, poétique et rhétorique de son « cas » ; c’est aussi un corps genré, l’ivresse donnant lieu à une représentation de la différence sexuelle, en particulier dans le registre hygiéniste, qui s’affirme de plus en plus dans le cours du XVIIIe siècle. Sur ce point, qui renvoie davantage au discours de la médecine, le corps ivre est, enfin, un des lieux où se noue la problématique de l’addiction, plus ancienne qu’on ne pourrait le croire.

L’ensemble de ces questions sera abordé dans une perspective littéraire prenant en compte la diversité des aires culturelles (française, francophone, comparée…).

Les propositions de contribution (1500 signes max) sont à envoyer à : florence.lotterie@free.fr et guiomar.hautcoeur@gmail.com avant le 15 juin 2017.

Appel à communications: Si Molière m'était conté...

Submitted by ccarlin on 10 February 2017 - 4:06pm

Appel à communications

Si Molière m'était conté...

8-10 novembre 2017

Propositions: le 31 mars 2017

 

colloque organisé par

Georges Forestier

Florence Naugrette

Élodie Bénard

Marc Douguet

Oriane Morvan

 

Université Paris-Sorbonne/CELLF16-21/Labex OBVIL

 

 Anecdotes, comédies dont Molière est le héros (Brécourt, Bordelon, Goldoni, Mercier, Sand…), romans (Dumas, Boulgakov…), tableaux (Monsiau, Gérôme, Ingres…), films (L. Perret, J. de Féraudy, A. Mnouchkine, G. Corbiau, L. Tirard…) : la vie et l’oeuvre de Molière sont génératrices d’histoires. La tentation de la fiction se manifeste dès les premiers textes qui lui sont consacrés, à commencer par les Nouvelles nouvelles (1663), où Donneau de Visé retrace le parcours fictif d’un auteur dont la réussite est bâtie sur la chance, l’absence de scrupules et des soutiens parmi les « gens de qualité » ou la Vie écrite par Grimarest (1705), « un des plus faux et des plus ennuyeux romans qui aient jamais paru », selon Jean-Baptiste Rousseau. Cette tendance s’accentue aux siècles suivants, où se développe le mythe moliéresque, relayé par les biographes et les critiques, mais aussi par les institutions culturelles, artistiques et scolaires, et où s’opère ce que Nathalie Heinich a appelé une « mise-en-légende » de l’artiste. Recopiées, amplifiées ou au contraire discréditées, minorées, les histoires imaginées par les premiers biographes et commentateurs sont pérennes. Le colloque Si Molière m’était conté... s’interrogera sur le rôle de la fiction dans la réception de Molière. Plus généralement, il s’agira d’éclairer la relation entre la fiction et le discours dans l’élaboration de l’histoire littéraire. 

Le colloque envisagera tout type de fiction, narrative et dramatique, littéraire, picturale et cinématographique, et s’articulera autour des questions suivantes : 

1- Fiction et portrait de l’homme et de l’artiste. Quelle image de l’homme Molière et du génie ces fictions renvoient-elles : portrait de l’artiste-type ? héroïsation ou prédilection pour une grandeur à hauteur d’homme ? Quelle conception de l’art dramatique et du comique illustrent-elles ? Quels liens peut-on établir entre la mythographie moliéresque et celle d’autres artistes ? Que révèle le fait que Molière ait suscité autant de récits et de représentations ? Pourquoi éprouvons-nous le besoin non seulement de lire, de voir et de jouer son théâtre, mais aussi d’entendre conter son histoire ? 

2- Genèse de la fiction. Quels rapports la fiction entretient-elle avec l’oeuvre de Molière et le discours critique ? Les histoires inventées font-elles naître les jugements critiques ? Ou, à l’inverse, les interprétations de l’oeuvre sont-elles utilisées pour raconter des histoires ? Lit-on l’oeuvre de Molière à la lumière de sa vie, ou sa vie au prisme de son oeuvre ? 

3- Formes et circulation de la fiction. Quelles sont les modalités d’ancrage de la fiction dans le discours critique ? Comment la légende de Molière a-t-elle circulé et proliféré ? Comment a-t-elle évolué et varié au fil du temps, aussi bien dans ses formes que dans ses interprétations1 ? Quel rôle l’institution scolaire a-t-elle joué dans sa construction et sa transmission ? Quelle place les critiques et les biographes accordent-ils aux zones d’ombre qui entourent la vie de Molière ? 

Les propositions de communications (2000-3000 caractères), accompagnées d’une courte bio-bibliographie (500-1000 caractères) sont à envoyer pour le 31 mars 2017 à colloquemoliere@gmail.com 

 

1 Dans le cadre du projet « Molière » (labex OBVIL) et en vue du colloque, un répertoire d’anecdotes sur Molière a été constitué. Cet outil de travail et de recherche (environ 200 anecdotes indexées actuellement) est disponible à l’adresse suivante : http://obvil-dev.paris-sorbonne.fr/corpus/moliere/anecdotes/index.php 

Source: Dramatica

Appel à communications, colloque jeunes chercheurs: Penser, représenter et vivre l’espace (XVe-XVIIIe siècle)

Submitted by ccarlin on 10 February 2017 - 3:55pm

Centre interuniversitaire de recherche sur la première modernité (CIREM) 

Université Laval, Québec 

18-19 mai 2017

Propositions: 15 mars 2017

Mesurer, construire, parcourir, décrire, tracer, habiter, partager : autant d’approches, d’usages, de représentations qui, de la fin du XVe siècle à la Révolution française, portent témoignage de ce que l’on pourrait appeler des régimes de spatialité qui structurent la vie quotidienne, informent les modes de représentation, de production, d’échange. C’est précisément ce rapport, complexe et pluriel dans les savoirs qui l’informent et les formes qui l’investissent, que cette nouvelle édition du colloque « Jeunes chercheurs » du CIREM propose d’examiner en ses théories, de décliner en ses diverses pratiques, d’appréhender en ses divers dispositifs poétiques et artistiques. 

De l’exploration des terres inconnues au cadastre des propriétés, de l’arpentage des territoires au geste cartographique, des propositions mathématiques aux théories physiques, de l’intimité du for privé à l’exercice public d’un espace partagé, de l’hôtel particulier à la rue, du cabinet de travail au café, de la cellule au boudoir, de la représentation de la ville à celle de la nature, pour ne citer, parmi d’autres, que ces quelques exemples, l’espace se découvre, s’invente, s’expérimente, s’organise, mobilisant savoirs, pratiques, acteurs, dont nous proposons d’explorer les fondements, les dynamiques, les formes et les discours. 

Dans le cadre de cette réflexion, nous sollicitons des propositions qui s’inscrivent, à titre d’exemple, dans les axes suivants : 

- Les sciences et théories de l’espace 

- Les lieux de savoir et leurs réseaux 

- Les lieux du pouvoir 

- Vie privée / vie publique 

- Espace(s) et identité(s) 

- Les ailleurs 

- La ville / la campagne 

- Lieux et espaces marchands 

- Espace et/en mouvement 

- Espace et divertissement 

- Espace et spectacularité 

- Peindre l’espace 

- L’espace et ses aménagements 

- Les lieux de la fiction 

- Géographie(s) du corps 

- Sexuation de l’espace 

- Exil(s) 

- Enfermement(s) 

 

De nature interdisciplinaire, ce colloque accueillera les jeunes chercheurs (des étudiants à la maîtrise ou au « master » ainsi que des doctorants et postdoctorants) oeuvrant dans les différents champs des sciences humaines, de la littérature à l’histoire, en passant par la philosophie et l’histoire de l’art. Les communications, inédites et en français, ne devront pas dépasser les vingt minutes allouées à chaque participant. Les propositions de communication (titre et résumé de 250 mots, niveau d’études, ancrage institutionnel) doivent être envoyées au comité organisateur avant le vendredi 15 mars 2017 à l’adresse suivante : cierl.jeunes.chercheurs@gmail.com 

Les Cahiers du CIERL (Éditions Hermann, Paris) accueilleront les articles issus des communications après leur examen par un comité d’évaluation. 

Comité organisateur : 

Antoine Blais-Laroche 

Camille Gagné 

Claire Sinquin 

Ariane Sybertz 

Sara Trottier 

Accompagnement scientifique : 

Thierry Belleguic

Sabrina Vervacke 

Appel à communications: La danse et les nations : identités, altérités, frontières (XVIIe-XIXe siècles)

Submitted by ccarlin on 8 February 2017 - 5:33pm

Colloque international
Paris, 26-29 octobre 2017
 
Propositions: le 30 avril 2017
 
À l’issue de trois années de recherche dans le cadre du programme de recherche HdD (Herméneutiques de la danse, coordonné par Arianna Fabbricatore), ce colloque international et interdisciplinaire a pour objectif de faire une synthèse sur le travail effectué autour de la question des styles et des genres de danse dans l’espace européen à l’époque des Lumières et d’ouvrir la recherche sur les enjeux sémiotiques, politiques et sociaux de la danse en tant que signe, expression ou représentation d’une frontière plus au moins perméable entre identités culturelles. Il s’agira de s’interroger sur la manière dont la danse théâtrale évolue dans un espace social et culturel où les enjeux sont liés à la confrontation entre les nations et à la définition de leur identité. 
Colloque organisé dans le cadre du projet « Discours sur la danse » 
http://obvil.paris-sorbonne.fr/projets/discours-sur-la-danse
 
 
Axes thématiques
 
Réfléchir
Comment penser la danse et la nation ? Quels liens entre corps et société ?
Réflexions sur la sémiotique de la danse dans une perspective sociale et interculturelle. Identité, altérité et frontières à travers le corps dansant.
 
Représenter
Comment identifie-t-on l’étranger dans la danse des nations ? Comment le stéréotype se construit-il et quel rôle joue-t-il ? Pourquoi représenter l’autre ?
Etudes sur les personnages des ballets, sur les représentations de la France, des Français et des étrangers (les Français, Anglais, Italiens, Espagnols, Allemands, Savoyards, Turcs, Corsaires etc.)
 
Identifier
Comment le corps exprime-t-il une identité collective ? Qu’est-ce que la danse française/italienne (espagnole/anglaise…) ? Quels sont les éléments connotant différents styles de danse ? Quelles sont les limites symboliques ou réelles ? Comment construit-on l’identité à travers la danse ? 
Explorer les notions de « belle danse », danse italienne, styles de danse, danse grotesque. Les enjeux de la danse comique/tragique dans la construction identitaire de l’Italie et de la France. Appropriations, patrimoines, création de frontières symboliques, circulations, transferts.
 
Dialoguer
Comment une identité évolue-t-elle au contact d’une autre ?
Contaminations des techniques, circulation des artistes dans l’espace européen. Présence de la danse italienne en France (à l’Académie royale, à la Comédie-Italienne, aux Foires etc.) et de la danse française en Italie (cours francophiles etc.), de la danse italienne et française dans l’espace germanique (Vienne, Stuttgart etc.). Exemples d’influences, contaminations, échanges.
 
Débattre
Quels sont les discours sur la danse qui ont véhiculé l’idée d’identité ? Dans quel contexte ? Comment ont-ils défendu ou contré cette idée ?
Etude des discours polémiques portant sur la confrontation entre les nations, sur les idées de génie et de caractère des nations, précellence de l’une ou de l’autre culture, querelles, etc.
 
Distinguer
Comment la contamination entre les genres témoigne-t-elle des influences culturelles ?
Frontières entre les modèles, les styles, les formes et les goûts (ex : la caricature, la parodie comme explorations de l’altérité)
 
Modalités de proposition :
Les propositions de communication, d’environ 3000 signes, accompagnées d’une courte bio-bibliographie, sont à envoyer avant le 30 avril 2017
à hdd.colloque@gmail.com et en copie à arianna.fabbricatore@gmail.com
 
Coordination
Arianna Fabbricatore (Université Paris-Sorbonne)
 
Comité scientifique
Charles Alunni (Ecole normale supérieure)
Elena Cervellati (Université de Bologne)
Paolo Fabbri (Centre d’Etudes sémiotiques Urbino)
Arianna Fabbricatore (Université Paris-Sorbonne)
Marie-Thérèse Mourey (Université Paris-Sorbonne)
Marina Nordera (Université Côté d’Azur)
Françoise Rubellin (Université de Nantes)
Martin Rueff (Université de Genève)
 
Comité d’organisation
Paolo Desogus (Université Paris-Sorbonne)

Delphine Vernozy (Université Paris-Sorbonne)

Source: Dramatica

Syndicate content