Login | Join/Renew

Calls for Papers/Contributions

CfP: Transition(s): concept, methods and case studies (14th–17th centuries): PhD students

Submitted by ccarlin on 31 July 2017 - 2:57pm

International PhD Students' Meetings

PART 1 “Transition(s): concept, methods and case studies (14th–17th centuries)” Liège, 30th and 31st January 2018

http://web.philo.ulg.ac.be/transitions/fr/

The Research Unit Transitions. Middle Ages and First Modernity (University of Liège) associated with the research laboratory TRAME (Texts, Representations, Archaeology and Memory from Antiquity to the Renaissance) of the University of Picardie Jules Verne and with the Centre for Advanced Studies in the Renaissance of the University François Rabelais (Tours) on the occasion of International PhD Students' Meetings in three parts. Implemented by PhD students of these three institutions, the aim of the meetings is to enable exchange and discussion between PhD students, junior researchers and skilled colleagues. The first of these three meetings will be held in Liège on Tuesday January 30th and Wednesday January 31st, 2018.

From the Middle Ages until the upheavals brought about by Galilean science, Europe underwent a period of unceasing questioning which challenged the political balance and its legitimacy, shook the foundations of confessional unity, and expanded the limits of knowledge and of creation. In an attempt to transcend the inherited divisions of the long historiographical tradition, the Research Unit Transitions. Middle Ages and First Modernity (http://web.philo.ulg.ac.be/transitions/fr/) explores these constant transformations in the Western and in the Mediterranean Basin. Open to Medievalists and Modernists, the Research Unit promotes confrontation between research practices, original collaboration, and the sharing of results in a transdisciplinary way. Furthermore, it attempts to show several factors which contributed to the construction of the social and cultural frameworks by which we define ourselves even today.

In January 2018, the Liège meetings will focus on the theme “Transition(s): concept, methods and case studies (14th–17th centuries)”. Nowadays, the Social Sciences and Humanities Research on the whole tend to delete categories and traditional historical periodization in favor of transversal approach of objects, phenomena, genders, forms and ideas. The concept of “Transition” is linked to the idea of “passage” and it may be defined as “the passage from one state to another” a “degree or an intermediate state” (Trésor de la langue française). From their own research objects, participants will be asked to think on this concept, its acceptability and its relevance toward those of “Mutation”, “Change”, “Transformation”, “Modification”, “Revolution” and “Metamorphosis”. Thereby, it aims to renew the debate on the methods and theoretical ways which mark all disciplinary fields presented in those meetings.

How does one develop a methodology and an analytic grid allowing the study of objects, practices and behaviours positioned between two elements, between two historical periods, between two trends, between two styles, between two manners to do, to see, to write, to think and to believe? Also, how does one get out of this idea of “between two”? Do Transition have breaks, innovations, transfers, exchanges or flow aspects? Do these objects really depict the passage from a practice, a period, from one style to another, or is it actually because the Researcher sees them as doing so? Is the concept of “Transition” a new category, a new pragmatic approach, but nevertheless fruitful? Is this concept involved in advances in our disciplines, and why?

This methodological approach may be considered by concrete questions about the linguistic, cultural, historical, artistic transitions which happened between the 14th and the 17th centuries in Western Europe and the Mediterranean basin, whether through actors and their works (objects, texts), ideas, and / or the areas within which they lived.

Lectures will be the subject of transdisciplinary discussions. They should not last more twenty minutes and they will be given in either French, English or Italian. Each lecture will then be followed by a short debate with the audience.

The organising committee espects the PhD students' proposals for Friday the 15th of September 2017 at the latest. They should be addressed to the RU Transitions (journeesdoctorales.transitions@gmail.com) as an attached document that includes the personal data of the PhD student and those of the research director(s), as well as the title of the thesis, the title of the lecture, the year of registration as a PhD student and, finally, a fifteen-line summary of the proposed lecture. Proposals are to be written in French, English or Italian. Candidates will be informed of the approval or the rejection of their proposal by the 15th of October 2017.

Each PhD student is invited to contact his own institution about the possibility of valorising his or her participation in the study days within the framework of their doctoral training (attestation, ECTS credits, etc.). At the end of the seminar, the organizers will provide a document certifying the active participation of the PhD student in the meeting. Furthermore, in view of its limited financial resources, RU Transitions will not be able to bear the cost of mobility and accommodation for Participants.

Organising Committee : Emilie Corswarem, Sébastien Damoiseaux, Frédéric Degroote, Aurore Drécourt, Adelaïde Lambert, Anne-Sophie Laruelle, Julie Piront

Scientific Committee : Emilie Corswarem, Annick Delfosse, Laure Fagnart, Marie-Elisabeth Henneau, Nicola Morato, Julie Piront

CFP: Eighth Annual RefoRC Conference 2018

Submitted by ccarlin on 31 July 2017 - 2:55pm

The Eighth Annual RefoRC Conference is hosted by the University of Warsaw and will take place May 24–26, 2018

Theme of plenary lectures: Reformation and Education

The Reformation was closely tied to the renovation of educational models from its very beginning. By questioning the model of the medieval university and establishing new pedagogical solutions, early modern scholars and teachers shaped subsequent generations of clergy and laity, enabling them to work for their local communities and engage in the public sphere. Often these educational agendas went well beyond changes in curricula and were oriented towards much deeper goals, such as the shaping of confessional identity or the achieving of universal religious peace through the advancement of learning.

As one of the leading research and educational institutions in Poland and East-Central Europe, the University of Warsaw is the perfect venue to ask further questions about the complex relations between early modern religious and pedagogical reforms. The plenary papers will offer a multi-faceted approach to this topic and will be accompanied by a series of short papers discussing all kinds of subjects related to the history of the Reformation. The aim of the conference is thus to broaden and contextualize the intersections between religious and educational reform.

Short Papers, Panels, and General Attendance The conference is open to individual short paper presentations (20-minute presentations) and to thematic sessions of two or three short papers. While we encourage papers on the conference theme, papers can also focus on all disciplines related to the sixteenth-century Reformations, such as philosophy, law, history, theology, etc., independent of the theme of the plenary papers. Short paper proposals are welcome before March 1, 2018.

Language The language of the conference is English, but papers in French and German will be welcomed.

https://www.reforc.com/eighth-annual-reforc-conference-2018warsaw/

Source: RSA

Call for contributions: Journal of History of Ideas

Submitted by ccarlin on 31 July 2017 - 2:45pm

It is a great pleasure to announce that the direction of the Journal of History of Ideas decided to devote its 2018 issue to the subject:  "Religions and Cultures".

Proposals for articles should strictly follow the «Guidelines for Authors» published on our website [ http://www.uc.pt/en/fluc/ihti ] and may be submitted until 30 September 2017.

I would be grateful if you forward this call for papers to other researchers who would like to submit articles (in Portuguese, English, French, Spanish and Italian) in the next Journal of History of Ideas.

Thank you very much for your cooperation.

Best regards,

Ana Cristina Araújo

Professora Associada com Agregação

Diretora da Revista de História das Ideias

DHEEAA - Faculdade de Letras Universidade de Coimbra Largo da Porta Férrea 3004-530 COIMBRA-PORTUGAL tel: 00.351. 239 859930/Ext. 4292

 

 

 

CFP: Special Issue on the History of French Fashion

Submitted by ccarlin on 31 July 2017 - 1:31pm

The editors of French Historical Studies seek articles for a special issue on the theme of fashion in French history to appear in 2020.  

It is not very long ago that the history of fashion was not considered a legitimate or respectable focus of historical interest.  It was lightweight stuff—all right for journalists and popularizers more interested in puff than in the hard, nasty business of real historical research. This has changed dramatically in the last thirty years—dating from the publication of Valerie Steele’s Paris Fashion: A Cultural History (1988)—and fashion has become the focus of some of the most sophisticated and interesting work of a new generation of scholars.

Our notion of possible approaches to this topic is capacious, as befits the wide range of scholarship currently being done: Fashion as aesthetics; fashion as work; fashion as social comment; fashion as revolutionary (or counter-revolutionary) discourse; fashion as shopping; fashion as business; fashion as an artifact of war and occupation; fashion as a weapon of imperialism; fashion as an expression of gender; fashion as an element of ethnic and class identity; fashion as a political strategy or the object of repression (think Zoot Suits and veils).  All is potentially grist for our mill.

Queries about submission and other matters should be addressed to the guest editors: Maude Bass-Krueger (maudebk@gmail.com), Sophie Kurkdjian (sokurkdjian@gmail.com), and Steve Zdatny (steven.zdatny@uvm.edu).  

To submit an article, visit https://www.editorialmanager.com/fhs/default.aspx. After registering, follow the submission instructions under “Instructions for Authors” on the website.  Articles may be in either English or in French but must in either case conform to French Historical Studies style (for details, see https://www.dukeupress.edu/French-Historical-Studies/) and must be accompanied by 150-word abstracts in both French and English.  Manuscripts should be between 6,000 and 10,000 words.  For any illustrations authors must obtain written permission for both print and online publication from the relevant persons or institutions.  The deadline for submissions is July 1, 2018.

Source: H-France

CFP: Women and/in Storytelling in Early Modern France

Submitted by ccarlin on 12 July 2017 - 9:40am

NeMLA 2018

April 12-15, 2018 (Pittsburgh, PA)

Abstracts due 9/30/2017. 

2nd WIF-Sponsored Panel

Chair: Kathleen Loysen (Montclair State University)

I propose a panel dedicated to examining how women authors saw themselves and how others saw women as authors in the early modern period in France – essentially, the question of women’s prises de parole, or assuming the power of speaking and writing authoritatively. Examples can be taken from works known to be authored by women; those presented as if authored by women; or those authored by men but which represent female storytellers. Throughout this period, there are countless literary representations of female oral storytellers not only in short-story collections, but also in collections of exempla, humanist dialogues, full-length novels, printed collections of “caquets” (or women’s gossip), etc. Papers are welcome which explore the notion of authorship itself: how women saw themselves as authors, how women were presented as authors, authorities, and originators of multiple modes of discourse (both oral and written), and the role of the conversational and dialogical process within such developments. This can also be related to the wider cultural context of the ongoing Querelle des femmes, a centuries-long pan-European debate over women’s moral and intellectual equality, access to education, marriage and motherhood, and rightful spheres of influence.

Such texts demonstrate the engagement of women authors (and represented women storytellers) in a quest for moral certainty in an age of epistemological transition. The polyphonic and multi-modal nature of these texts allows the author and readers to confront various competing versions of the “truth.” We are witness to the ongoing process of women claiming an identity for themselves – and being acknowledged – as both authors and authorities.

Please, submit abstract here: https://www.cfplist.com/nemla/User/SubmitAbstract/17097

Source: Women in French

Appel à communications: Poétique historique de la poésie de circonstance (16e-21e siècles)

Submitted by ccarlin on 12 July 2017 - 9:32am

Colloque international 14-16 novembre 2018

Centre des sciences des littératures en langue française

(Université Paris Nanterre, CSLF, EA 1586)

L’histoire littéraire a depuis longtemps tendance à voir émerger la « vraie » poésie en fonction de deux phénomènes : d’une part, la consécration d’un lyrisme impersonnel et autotélique d’autre part, ensuite, un processus de remise en question de plus en plus radicale de la versification classique, qui conduirait à l’apparition du vers libre, du poème en prose, etc. La poésie aurait heureusement, depuis le XIXe siècle, tourné le dos à la pratique mondaine des vers de circonstance où se serait enlisé l’Ancien Régime, où elle aurait été soumise aux exigences de cérémonies, célébrations de personnes et d’événements, voire de pratiques mondaines et ludiques. Elle se serait aussi défaite de la versification syllabique traditionnelle pour s’inventer des formes réputées plus pures ou plus authentiques, comme si la métrique classique avait été le révélateur de cette écriture de commande, le symptôme de sa dépendance exclusive à une circonstance.

Or cette représentation est doublement fausse. D’une part, tout poème, dès lors qu’il n’obéit plus à la vocation mimétique que lui assigne Aristote et qui se réduit, de fait, à l’imitation d’événements fictionnels, est par nature circonstanciel : qu’il évoque une émotion intime ou collective, une perception ou une expérience quelconque, aussi intériorisées et transfigurées soient-elles par le processus de poétisation, il part toujours d’une « circonstance » particulière. On peut même soutenir la thèse, paradoxale seulement en apparence, que, par nature, toute poésie lyrique est la version, sublimée ou masquée, de la poésie de circonstance : il faudrait seulement distinguer, au sein de cette dernière, une production qui assumerait sa nature anecdotique, particulière ou circonstancielle, et une autre, qui effacerait au contraire les traces de son origine. D’autre part, même en s’en tenant à la conception habituelle de la poésie de circonstance, le simple examen des faits montre que l’entrée dans l’âge démocratique, elle-même favorisée par le progrès de l’instruction, démultiplie presque à l’infini la masse des vers de circonstance. Héritage de l’Ancien Régime, les concours de poésie, organisés à l’initiative des sociétés savantes ou d’institutions publiques, prolifèrent dans la France post-révolutionnaire. Les innombrables accidents de l’existence privée, vécus de façon de plus en plus individualiste, entretiennent une pulsion de confidence dont la poésie semble être la première bénéficiaire. Parallèlement, les crises majeures de l’histoire (révolutions, guerres, événements spectaculaires ou tragiques) cristallisent et accentuent une volonté de témoignage, accentuée encore par le désir qu’a l’homme moderne d’être l’acteur de son propre destin.

Depuis l’Antiquité, la poésie de circonstance peut donc à bon droit apparaître comme la catégorie poétique la plus constante : le premier objectif de ce colloque, dans une perspective de poétique historique, est d’en préciser les contours et d’en interroger la définition, de manière résolument trans-séculaire. Portant sur la période moderne et contemporaine (du XVIe siècle au XXIe siècle), il confronte la production d’Ancien Régime, non pas à la lyrique antique comme l’avait fait un colloque organisé par les universités de Bourgogne et de Paris-Sorbonne (La Muse de l’éphémère,Aurélie Delattre et Adeline Lionetto-Hesters [dir.], Paris, classiques Garnier, 2014), mais au contraire, en aval, aux évolutions poétiques postérieures à l’âge classique. Il s’agit de réfléchir et de contribuer à une histoire du fait poétique (poésie écriture littéraire et poésie orale, voire chanson) compris comme un mode de communication pour lequel le lien à la circonstance est une donnée essentielle et constitutive.

 

À partir de cette problématique, six axes seront explorés dans ce colloque :

1) Les formes écrites de la communication poétique. La poésie de circonstance est naturellement amenée à favoriser les modes de circulation les plus rapides et les plus souples : le manuscrit, la brochure, le journal, l’affichage, le tract, etc. Adoptées pour accélérer sa diffusion et sa pénétration dans l’espace public, ces pratiques de communication influent en retour sur les choix formels des poètes.

2) Oralité et poésie de circonstance. Étroitement liée à la vie sociale, la poésie de circonstance se prête à tous les modes d’oralisation (la déclamation, la lecture publique ou la mise en chanson), en fonction de l’effet pragmatique recherché. Cette oralité fondamentale, par ses conséquences formelles, constitue l’une des différences essentielles entre la poésie de circonstance et la poésie intransitive du canon littéraire moderne, prioritairement destinée à la lecture.

3) La publication en livre. Cette poésie en principe fugitive est souvent publiée dans des livres, qui non seulement en transforment alors la nature et la fonction (la poésie cessant même d’être perçue comme circonstancielle), mais aussi potentiellement, la forme (du fait des processus de réécriture propres à ce type de réemploi).

4) Circonstance privée/circonstance publique. La notion de circonstance recouvre en fait deux catégories très différentes : la première regroupe toutes les circonstances de la vie privée (mondaine ou intime), la deuxième concerne les actes et les événements de la vie publique. Cette catégorisation invite à mieux cerner la notion même de circonstance, à en marquer les limites et à en cartographier les territoires – avec les implications formelles qu’elle engage.

5) Poésie de circonstance et pragmatique. Si la poésie est si étroitement associée aux circonstances de la vie privée ou publique, c’est que, bien plus directement que la prose du roman, elle est un discours adressé, manifestant à la fois un jugement sur le réel et la volonté d’y agir par le langage. Alors que modèle narratif vise à raconter le monde, fictionnellement ou non, la poésie de circonstance réinscrit la littérature dans la sphère de l’action immédiate (notamment sur le terrain politique), au risque de perdre en légitimité culturelle et en reconnaissance institutionnelle.

6) Poétique et versification. Indépendamment de son efficacité sociale, la poésie, par ses formes mêmes, a-t-elle une capacité particulière à signifier le circonstanciel ? Que lui apporte la versification syllabique ? Certaines formes poétiques (vers, strophes, formes fixes) sont-elles plus aptes que d’autres ? La poésie de circonstance se distingue-t-elle esthétiquement des autres domaines poétiques ? Comment les « révolutions » formelles des XXe et des XXIe siècles ont-elles influé sur elle, et réciproquement ?

Les communications devront dépasser un cadre strictement monographique et prendre appui sur un questionnement théorique ou historique plus général. Les propositions sont à adresser à Guillaume Peureux (gpeureux@hotmail.com) ou à Alain Vaillant (alaingp.vaillant@gmail.com).

[La date limite pour les propositions n'a pas été indiquée. Source: H-France. CC]

 

 

Appel à communications: Les sens dans la construction du genre (XVIe – XVIIIe siècles)

Submitted by ccarlin on 27 June 2017 - 7:53pm

 30-31 mars 2018 Université Sorbonne Nouvelle / Université Versailles-Saint-Quentin

Propositions: le 30 juin 2017

Organisatrices : Armel Dubois-Nayt, Line Cottegnies, Claire Boulard et Isabelle Bour.

Comité scientifique : Claire Gheeraert (Univ. Rouen) Nathalie Grande (Univ. Nantes) Marie-Elisabeth Henneau (Univ. Liège) Guyonnne Leduc (Univ. Lille 3) Anne-Marie Miller-Blaise (Univ. Sorbonne Nouvelle) Sandrine Parageau (Univ. Paris Ouest Nanterre) Paul Salzman (La Trobe Univ.) Eliane Viennot (Univ. Saint-Etienne) Susan Wiseman (Birkbeck College, Londres)

Colloque organisé avec le parrainage de la Société Internationale pour l’Etude des Femmes de l’Ancien Régime, de Société Française Shakespeare et de la Société d’Etudes anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles.

 Au cours des trois dernières décennies, les études autour des discours sur l’égalité/l’inégalité des sexes se sont multipliées dans le domaine anglo-saxon. Dans le contexte des Îles britanniques, elles se sont particulièrement concentrées sur les années 1540-1640, période très féconde en la matière sous l’effet, notamment, de l’humanisme, de la Réforme et de la succession de trois femmes sur les trônes d’Angleterre et d’Écosse. Ces débats ou controverses ont réactivé au moins quatre querelles héritées du Moyen Âge — la querelle dite « du mariage », celle « du savoir » et celle « du pouvoir » et celle du « vêtement » qui posaient les questions suivantes : était-il dans l’intérêt des deux sexes de se marier, les femmes devaient-elles avoir accès à l’éducation et à la culture pour leur bénéfice et celui de la société, les femmes avaient-elles la capacité de gouverner sans exercer un pouvoir tyrannique ? Enfin, question qui peut paraître secondaire, mais qui prend tout son sens à la suite des précédentes : hommes et femmes pouvaient-ils s’approprier le vestiaire du sexe opposé sans risquer de bouleverser l’ordre du monde ?

 

Les travaux qui ont traité de ces différents débats ont largement porté sur les différences intellectuelles et morales au cœur de l’argumentation des philogynes et des misogynes en occultant, sinon le corps, du moins les cinq sens. Or, il suffit de se tourner vers les historiens des sens, par exemple Constance Classen, Robert Jütte et David Howes pour voir que les cinq sens ont été largement mis à contribution dans les tentatives de hiérarchisation entre les sexes mises en place aux XVIe et XVIIe siècles. D’une part, ils ont servi à opposer les sexes entre eux, l’homme étant traditionnellement décrit comme un animal raisonnable par opposition à la femme, créature sensuelle. D’autre part, le masculin et le féminin ont à leur tour permis de hiérarchiser les sens les uns par rapport aux autres depuis Platon et Aristote et jusqu’à, par exemple, le De Sensu de Charles Bouvelles (1470-1553) et, au-delà, jusqu’à la controverse Molyneux et l’empirisme lockien. Ainsi, étaient considérés comme masculins les sens nobles (la vue, l’ouïe), associés à l’esprit, et comme féminins les sens de proximité, plus corporels, que sont le goût, l’odorat et le toucher. C’est d’ailleurs à la gourmandise d’Ève que l’exégèse biblique attribue la responsabilité de la Chute. 

 Les sens ont également eu pour fonction dans la pensée antique de l’identité sexuelle, encore influente au début de la première modernité, de différencier l’homme de la femme d’un point de vue sensoriel : le sensorium masculin se distingue du sensorium féminin. Ainsi, dans la théorie des humeurs exposée dans le Corpus hippocratique et sur lequel repose encore la médecine des XVI-XVIIe siècles, la femme est froide et humide tandis que l’homme est chaud et sec. Mais on pensait aussi pouvoir distinguer l’homme de la femme au toucher, à l’odeur, à la vue et l’oreille. Selon le poète Lucrèce (De Rerum Natura), alors que l’odeur des hommes est sucrée, celle des femmes est répugnante et putride ; et, dans la pensée socratique, emprunter son parfum au sexe opposé est aussi condamnable que le travestissement. Comme l’a montré Thomas Laqueur dans un ouvrage qui a fait date, Making Sex : Body and Gender from the Greeks to Freud (1990), les avancées de la médecine aux XVIIe et XVIIIe siècles, et singulièrement de la physiologie, ont amené une redéfinition des sexes sur une base physiologique et anatomique, ce qui a entraîné une définition plus précise, et à certains égards normative, de la sensibilité féminine.

Enfin, Aristote (dans la Génération des animaux) défend l’idée d’un code de couleurs permettant de dissocier visuellement les hommes et les femmes : pour les premiers des vêtements sombres, reflétant leur force et leur sérieux, pour les femmes et par simple symétrie, les couleurs claires. Ces vêtements aux couleurs sexuées ont cependant évolué au fil des siècles et il sera intéressant d’approfondir l’étude de ce qu’Elisabeth Fisher a appelé la « taxinomie chromatique » des habits à tous les âges de la vie pour la période allant du XVIe au XVIIIe siècle1. Enfin, les différents bruits/sons produits par les deux sexes par le biais de leurs vêtements, leurs bijoux, leurs instruments de musique ou tout autre objet, comme par la voix sont des éléments potentiels de différenciation et de hiérarchisation assez peu étudiés à ce jour, si l’on excepte les études sur les mégères et les commères, personnages récurrents des pamphlets populaires de la Querelle. Il sera donc intéressant d’analyser les différentes sources exploitables pour tenter de rendre à nouveau audible l’activité sonore des deux sexes.

L’objectif général de ce colloque sera donc, en premier lieu, d’établir comment les sens ont permis de penser l’appartenance sexuelle pour justifier les inégalités entre les sexes et de stigmatiser toute forme de rébellion contre la domination masculine, mais également comment d’autres discours autour des sens, dans les pamphlets, les traités, ou au théâtre, ont pu émerger pour défendre au contraire la thèse de la supériorité féminine ou de l’égalité entre les sexes. Les peintures ou les gravures mettant en scène un des cinq sens pourront également éclairer cette question et permettre de répondre à l’invitation de Margaret Zimmerman de chercher la « Querelle des sexes » dans d’autres lieux, moins habituels2. Enfin, dans la dynamique initiée par Linda Woodbridge3, nous chercherons également à mettre en perspective les discours théoriques et littéraires en les éclairant par l’histoire sociale des femmes dans les Îles britanniques, en tentant, par exemple, de dégager les mécanismes de socialisation des hommes et des femmes qui mettent à contribution les sens, parfois dès l’enfance, au prétexte qu’ils furent instaurés pour que chacun reste à la place qui lui est assignée. La littérature prescriptive (livres de conduite, sermons, traités d’éducation, etc..), mais aussi la presse pourront ainsi être revisitées pour faire émerger des règles de civilité qui visent à restreindre l’appétit, mais également à imposer une codification du regard ou du toucher, comme de la voix ou de la parole. Les objets permettant de matérialiser cette codification trouveront également leur place dans le chantier que nous ouvrons ici.

À travers l’ensemble de ces sources, on tentera collectivement de réfléchir au rôle des sens dans la construction de la différence des sexes entre le XVIe et le XVIIIe siècle ; on pourra aborder les questions suivantes :

1. Comment les misogynes ont-ils exploité les sens dans leur argumentation pour justifier la hiérarchie des sexes : à travers l’incapacité présumée des femmes à contrôler les sens ; par la théorie d’un complot sensoriel ourdi par les femmes et visant à aveugler les hommes et plus généralement à affaiblir leur pouvoir ; par le lien entre la déchéance morale et les sens ? Entre les sens et le mysticisme, la sorcellerie ou les phénomènes de possession ?

2. Comment les philogynes ont-ils défendu les femmes et/ou l’égalité des sexes : par une dévalorisation des hommes en tant que créatures sensuelles et une revalorisation des femmes en tant que créatures rationnelles ; par la revalorisation des sens « féminins » ou des capacités sensorielles des femmes ?

3. Quels aspects de la situation des femmes rencontrent un écho (favorable ou défavorable) dans ces discours en matière de : règles et préceptes ; possession et d’utilisation d’objets témoignant d’une appropriation genrée ; pratiques de mortification du corps ; pénalisation et de châtiments corporels (scold’s bridle, cucking stool) ?

Les propositions de communication (environ 150 mots) devront être envoyées, accompagnées d’une courte notice biobibliographique, pour le 30 juin 2017 aux organisatrices à l’adresse suivante : sens_2018@yahoo.com.

___________________

1 « Robes et Culottes courtes : l’habit fait-il le sexe ? », in A. Dafflon Novelle, Filles-Garçons : Sociabilisation différenciée ?, Grenoble, PUG, 2006, p. 241-266.

2 « The Querelle des Femmes as a Cultural Studies Paradigm », in A. Jacobson Schutte, T. Kuehn & S. Seidel Menchi (éd.), Time, Space, and Women’s Lives in Early Modern Europe, Kirksville (Missouri), Truman State UP, 2001, p.17-28.

3 Linda Woodbridge, Women and the English Renaissance : Literature and the Nature of Womankind, 1540-1620, Brighton : Harvester, 1984.

Source: SIEFAR

CFP: Penser l’égalité des sexes au XVIIe siècle / Constructing the equality of the sexes in C17 France

Submitted by ccarlin on 27 June 2017 - 7:32pm

International Conference

26-27 October 2017

University College Dublin

 

Keynote speakers:

 

Siep Stuurman

Marie-Frédérique Pellegrin

 

The aim of this conference is to examine the ways in which an equality between the sexes is constructed, conceptualised, envisaged, imagined, dramatized, realized or dismissed in seventeenth-century France.

 

Papers examining the issue from a philosophical, theological, medical, literary and historical viewpoint are welcome and can be in French or in English.

 

Please send 300-word abstracts in English or French by email directly to derval.conroy@ucd.ie by 14 July 2017.

Publication of selected papers as a collective peer-reviewed volume is envisaged.

 

Appel à communications: CELEBRATION DU 350e ANNIVERSAIRE DE PUBLICATION DES FABLES DE LA FONTAINE

Submitted by ccarlin on 13 June 2017 - 1:41pm

L’année 2018 offre l’occasion de célébrer le 350e anniversaire des Fables de La Fontaine, dont le premier recueil parut le 31 mars 1668 (à partir d’un privilège pris le 6 juin de l’année précédente). La Société des Amis du fabuliste a décidé de fêter cette période de préparation et d’éclosion d’un coup d’éclat poétique dont la pérennité ne s’est jamais démentie jusqu’aujourd’hui auprès du plus vaste public que puisse espérer un recueil de vers. Outre une journée des « Rencontres de Psyché » de Château-Thierry, prévue le 10 juin 2017 sur un thème en écho avec l’esprit des Fables (« La Fontaine et la jeunesse »), une autre journée dans le même cadre, en juin 2018, se penchera sur un sujet en étroit rapport lui aussi avec l’entreprise ésopique du poète français : « La Fontaine et la nature ». Enfin, en octobre 2018, la Société des Amis de La Fontaine, associée au programme de recherche « Jouvences de la fable » du Centre d’Étude de la Langue et de la Littérature Françaises (CELLF 16-21, Unité mixte de recherche Paris-Sorbonne/CNRS 8599) et au programme Fabula numerica de l’Observatoire de la Vie Littéraire (Labex OBVIL Sorbonne-Universités) organisera, avec l’Università degli studi di Napoli L'Orientale (Dipartimento di Studi Letterari, Linguistici e Comparati/ Letteratura francese, prof. Federico Corradi), un colloque international sur le thème :

 

« La Fontaine et la culture européenne. Au carrefour des Fables ».

 

Cette rencontre internationale se donne pour projet de synthétiser, de prolonger et de renouveler les recherches sur les Fables envisagées comme un carrefour entre le temps long et l’espace rayonnant de leur gestation et de leur propagation : depuis l’antiquité immémoriale du genre jusqu’à l’actualité de leur fortune inépuisable, la culture de l’apologue dont a hérité La Fontaine s’étend sur plus de deux millénaires ; et le traitement qu’il lui applique est imprégné d’influences et de connivences qui franchissent les frontières des langues et des sphères culturelles pour s’harmonier dans le creuset qu’offre le fabuliste français à des matériaux dispersés par l’histoire et la géographie.

 

Si la seconde brassée des Fables réunies en 1678-1679 se ressent de la découverte fécondante du filon oriental, celle de 1668 dont on commémore la publication limite au domaine européen la sphère de sa culture antique et moderne. C’est de ce constant qu’est sorti le projet de ce colloque. Analyser ce que La Fontaine fabuliste doit à la culture européenne antérieure à son époque et contemporaine de sa création ; et analyser réciproquement ce que la culture européenne postérieure à leur publication doit aux Fables de La Fontaine, et comment elles furent et sont reçues dans les sphères géographiques et linguistiques diverses qui composent l’Europe d’aujourd’hui, ce double mouvement convie aussi à les rétablir dans leur statut et leur rôle de carrefour et de creuset pour l’œuvre entier du fabuliste lui-même : cette œuvre d’un papillon du Parnasse réverbère sa diversité d’inspiration et d’écriture dans le microcosme esthétique des Fables, tout comme celles-ci n’auront cessé de profiter des expériences de leur auteur dans les genres variés auxquels il s’essaya tout au long de sa carrière.

 

Le colloque pourrait s’articuler en deux parties : l’une consacrée à « Culture et acculturation européennes de La Fontaine : traductions, transferts et translations » ; l’autre à un portrait de « La Fontaine (en) poète européen ». La première partie pourra à son tour se diviser en deux : une section consacrée à la traduction et aux transmissions de savoir et d’invention jusqu’à La Fontaine et à la manière dont il en « phagocyta » l’héritage divers, tout particulièrement latin et italien ; et une section consacrée à La Fontaine traduit et transmis, aux difficultés et aux malentendus de la traduction, de la transmission et de l’enseignement d’un poète et conteur du Grand Siècle. La deuxième partie pourra porter sur l’insertion de La Fontaine, de ses Fables et plus largement de son œuvre dans la culture européenne de son temps, les influences subies par lui et celle qu’il exerça tout particulièrement à travers ses Fables sur la littérature, l’art et le goût de la fin du XVIIe et de la première moitié du XVIIIe siècle européen.

Voici quelques thèmes et pistes, nullement exhaustifs, nullement limitatifs, nullement indispensables, qui pourraient être développés dans chacune de ces trois sections.

 

Première partie

« Culture et acculturation européennes de La Fontaine :

traductions, transferts et translations »

Section 1 : « La Fontaine héritier de l’Europe antique, médiévale et humaniste ».

Le vivier inépuisable de la fable : un réseau européen de translations. — La Fontaine traducteur — Le génie lafontainien de l’imitation. — Langues et langages de l’Europe antique, ancienne et contemporaine dans l’œuvre de La Fontaine. — L’adaptation et l’appropriation par La Fontaine des genres et des formes hérités. — Influences antiques, anciennes et modernes sur la théorie poétique de la Fontaine. — Les ramifications de l’influence : un travail de marqueterie.

 

Section 2 : « Diffusion, propagation et appropriation de l’œuvre de La Fontaine en Europe ».

La Fontaine traducteur. — Théorie, problématique et problèmes de la traduction des Fables (style, forme, ton). — Comment lisait-on/lit-on La Fontaine ? L’œuvre du fabuliste / du conteur dans l’histoire de la lecture. — La Fontaine devant la critique d’hier et d’aujourd’hui : en France et dans diverses sphères culturelles (réception, assimilation, rôle de modèle). — Histoire de la constitution de l’image de l’homme et de l’œuvre : sédimentations, redécouvertes, réévaluations.

 

Deuxième partie

« La Fontaine, poète européen ».

 

Section 3 : « Portrait à facettes d’un Européen du Grand Siècle français ».

La Fontaine et la culture néolatine de l’Europe de la Renaissance et du XVIIe siècle. — La Fontaine et l’Europe savante de son temps (voyageurs, philosophes, physiciens). — La tentation anglaise de La Fontaine. — La culture italienne de La Fontaine. — La Fontaine et la tradition européenne mythologique et mythographique. — La Fontaine et la tradition européenne du conte. — Les Fables de La Fontaine et l’art rocaille en Europe : un inépuisable réservoir de motifs. — La Fontaine et la naissance européenne de l’opéra.

 

Les propositions de communications, sous la forme d’un titre et de quelques mots d’explication du projet (qui peuvent être très succincts), seront envoyées à l’adresse électronique suivante : colloquefables2018@gmail.com entre la date de réception de cet appel et le 15 septembre 2017. Le colloque se déroulera en Sorbonne les 4, 5 et 6 octobre 2018. Les communications seront publiées dans la revue Le Fablier en 2019 et 2020. La langue du colloque est le français.

 

Comité d’organisation : Julien Bardot, Antoine Biscéré, Céline Bohnert, Federico Corradi, Patrick Dandrey, Damien Fortin, Maxime Jebar, Tiphaine Rolland.

CFP: XVe Colloque du CIR 17 – Centre International de Rencontres sur le XVIIe siècle

Submitted by ccarlin on 9 June 2017 - 9:52am

"Créer à plusieurs ? Collaborations littéraires, artistiques et scientifiques au Grand Siècle"
 

Princeton University (USA), 10-12 mai 2018
 
Propositions: le 1er septembre 2017
 
Ce colloque pluridisciplinaire se propose d’examiner la place des pratiques
collaboratives dans la culture française du XVIIe siècle. Alors que se renforce la
monarchie absolue, incarnée par un souverain unique, il règne dans le domaine des arts
et des lettres un esprit (ou impératif) de collaboration d’où résultent de nombreuses
oeuvres plus ou moins collectives. Il s’agira d’étudier ces productions sous tous leurs
aspects (genèse et réception, formes et idées, style et sens), d’interroger leur réussite ou
échec, et de les situer par rapport aux ouvrages plus « solitaires ». Pourquoi écrire à
quatre mains, voire plus ? Comment peut-on travailler en commun avec son frère ou son
maître, un compositeur ou un graveur ? La Bruyère avait-il raison d’écrire : « L’on n’a
guère vu jusques à présent un chef-d’oeuvre d’esprit qui soit l’ouvrage de plusieurs » ?
Les intervenants pourront analyser des oeuvres spécifiques ou bien tenter des synthèses
sur les normes et usages propres à certains milieux ou institutions : « salons », cercles
érudits, académies royales, communautés religieuses, etc. Les communications qui
constituent elles-mêmes des collaborations entre plusieurs chercheurs ou qui présentent
des travaux d’équipe seront particulièrement les bienvenues.
 
Quelques axes et cas possibles (à titre purement indicatif) :
• collaborations familiales et amicales : Les Murs de Troie ; Chapelain décoiffé ; La Guirlande
de Julie…
• collaborations (avérées ou prétendues) entre hommes et femmes : Les Femmes illustres ;
La Princesse de Clèves ; Brutus…
• collaborations entre les « grands » et leurs « plumes » : La Comédie des Tuileries ; libelles
et factums ; Mémoires pour l’instruction du Dauphin…
• collaborations académiques : Mémoires pour servir à l’histoire naturelle des animaux ;
Dictionnaire de l’Académie française ; Médailles sur les principaux événements du règne
de Louis le Grand…
• collaborations entre écrivains et artistes : ballets et opéras ; fêtes et cérémonies ;
châteaux et jardins…
 
Comité scientifique :
Gilles Declercq (Paris-III), Jean Leclerc (Western Ontario), Michèle Longino (Duke),
Volker Schröder (Princeton), Deborah Steinberger (Delaware), Ellen Welch (North
Carolina), Carolyn Yerkes (Princeton).
 
Prière d’envoyer vos propositions (250 mots environ, pour une communication de 25
minutes, en français), accompagnées d’un bref descriptif de vos travaux récents ou encours, à Volker Schröder (volkers@princeton.edu) avant le 1er septembre 2017.

Syndicate content