Login | Join/Renew

Appel à contribution: Romanesque et écrits personnels : attraction, hybridation, résistance (XVIIe-XXIe siècles) (Revue Romanesques)

Submitted by ccarlin on 30 October 2017 - 10:59pm

sous la direction d’Aurélie Adler et Anne Coudreuse.

 

 

                                                                                  Voglio vivere una favola

                                                                                  [Je veux vivre une histoire]

                                                  Inscription anonyme sur les marches de l’église Santa Croce, à Florence.

                                                                                  (Annie Ernaux, Se perdre, 2001)

 

Tout diariste, autobiographe, mémorialiste écrirait-il contre, tout contre, le romanesque ? À en juger par l’épigraphe du journal Se perdre d’Annie Ernaux, la pulsion romanesque serait gravée en chacun de nous et il reviendrait à l’écrivain.e de révéler ces élans anonymes, de leur donner forme et dignité. Pour ce faire, l’autrice de Se perdre commence par explorer en elle-même ce désir d’histoire qui prend la valeur d’un ex-voto au seuil du livre. Le romanesque relèverait-il d’une nécessité anthropologique sans quoi la vie humaine ne vaudrait pas la peine d’être vécue ? Au-delà du bovarysme qui affleure dans Se perdre comme dans d’autres écrits d’Ernaux, cette épigraphe suggère de multiples croisements entre romanesque et écriture de soi. Or cette tension des écrits personnels vers le romanesque, faite d’aimantation et de répulsion, mérite d’être questionnée plus largement.

Car si le très ample Dictionnaire de l’autobiographie[1] dirigé par Françoise Simonet-Tenant fait bien état des liens entre les écritures de soi et le roman (roman autobiographique, roman à clés, roman de formation), il n’interroge pas directement la notion de « romanesque » au prisme des écrits personnels. Or, les rapports entre romanesque et écritures de soi guidées par un impératif de vérité (autobiographie, mémoires…) demandent sans doute une attention spécifique tant ils engagent des formes d’attraction mutuelle, de porosité ou au contraire de démarcation entre les genres et les modes d’énonciation depuis l’Ancien Régime jusqu’à nos jours.

Les travaux de René Démoris[2] ont mis en évidence les jeux d’hybridation mutuelle entre le roman à la première personne, les mémoires et les formes de récit historique à la charnière des XVIIe et XVIIIe siècles. Si le roman à la première personne se développe en France sous l’influence des mémoires (Marivaux, Defoe, Courtilz de Sandras), parallèlement, les mémoires se défont en partie de la logique de la chronique pour gagner en unité narrative sous l’influence de la fiction. Autrement dit, la mimésis formelle n’est pas l’apanage de la seule fiction. Les écritures factuelles, et plus particulièrement les écritures de soi, imitent également le roman. Plus précisément, elles paraissent reprendre à leur compte ce qui constitue l’intérêt voire le charme de la fabula : le romanesque. Catégorie transhistorique et transgénérique, le romanesque, qu’on ne confondra pas avec le travestissement de la réalité pour des raisons de confort, tel qu’on peut le voir à l’œuvre dans l’autofiction, « connote le roman hors du roman[3] ». Archétype ou modèle mythique de la narration, le romanesque, catégorie « la plus proche de l’accomplissement du rêve[4] » selon Northop Frye, se situerait à mi-chemin entre la légende et la réalité. Quête aventureuse, tentative de dépassement de soi, arrachement à la platitude du quotidien, le romanesque emprunte volontiers ses figures à l’invraisemblance, à l’inouï ou à l’insolite pour mettre en récit une altérité constitutive. Il se manifeste tant du point de vue structurel (intrigue, personnages, durée, organicité de l’œuvre), thématique (sentiments, idées) que stylistique. Le romanesque a partie liée avec la « production de l’intérêt » (Grivel[5]) de la narration. Il participe pleinement de la tension narrative en alimentant les effets de suspens qui nourrissent la pulsion lectoriale[6]. Cette dramatisation du récit peut passer par un travail de la stéréotypie, une intertextualité plus ou moins marquée avec des genres narratifs tels que le roman pastoral, le roman d’aventures, le roman de cape et d’épée, etc. qui colorent bien souvent la notion d’une connotation péjorative. Est « romanesque » ce qui relève de l’excès, de la démesure ou de l’extravagance[7] : autant de caractéristiques qui peuvent tirer la notion du côté du comique ou de la parodie. Aussi les liens entre les écritures de soi, fondées sur un pacte de la sincérité, et la catégorie du « romanesque » ne vont-ils pas de soi.

En refusant nettement le statut d’auteur, les mémorialistes d’Ancien Régime (Retz, Saint-Simon…) manifestent toute leur défiance vis-à-vis du romanesque. Tirant leur légitimité de la vérité historique du témoin, ils invoquent encore l’argument nobiliaire, se défendant de toute forme d’abâtardissement ou de compromission avec les formes indignes du roman. Comment comprendre dès lors les formes d’affabulation présentes dans ces mémoires ? Plus largement, avec Rousseau émergent des formes d’écritures de soi plus démocratiques, réaménageant les rapports avec le romanesque. La variété stylistique des Confessions, dont les scènes ou les épisodes tirent bien souvent leur virtuosité des modèles romanesques, ne sacrifie jamais pour autant la revendication de la vérité et de la sincérité du discours sur soi. Performance destinée à séduire le lecteur, écriture compensatoire visant à panser un ego blessé, le romanesque n’a pas pour seule vocation de réenchanter des souvenirs partiellement oubliés (Rousseau) ou de redorer le blason de vies minuscules (Michon). Il permet peut-être plus fondamentalement de réorganiser les événements passés suivant une temporalité plus large, mettant en perspective le destin d’une vie dans la durée. Plus qu’un type de romanesque, les écritures personnelles mobilisent et/ou critiquent différentes échelles du romanesque, interrogeant à chaque fois le système de valeurs, « l’utopie existentielle[8] », qui lui est associé, système qui change d’une époque à l’autre[9]. Aussi conviendrait-il de questionner l’évolution du romanesque du point de vue des mémorialistes ou des autobiographes du XVIIe siècle à nos jours. Le romanesque dédaigné par le cardinal de Retz a-t-il encore quelque chose à voir avec le romanesque tel qu’il apparaît sous la plume de Madame de Staël, de George Sand, de Michel Leiris, de Philippe Vilain ou de Grégoire Bouillier ?

S’il paraît important de réfléchir à l’historicité de la catégorie axiologique du romanesque mise en jeu dans les écritures de soi, on pourra également s’interroger sur ses manifestations au sein des textes. Comment les écritures personnelles reconduisent-elles ou se jouent-elles des topoï romanesques ? Peut-on parler d’un style romanesque de l’autobiographie, des mémoires, du journal intime ? Et où se situe le romanesque des œuvres qui affirment leur refus farouche de suivre l’ordre logico-temporel du roman ? On pourra enfin réfléchir à l’articulation des régimes d’écritures au sein d’une même œuvre. Comment envisager le rapport entre deux lignées d’écriture : l’une romanesque et l’autre autobiographique pour un même auteur ou une même autrice ? Peut-on déceler des rapports de contamination entre l’un et l’autre ou au contraire mesurer des effets de rupture ?

 

Les propositions d’articles (500 mots environ) accompagnées d’une bio-bibliographie indicative sont à renvoyer à Aurélie Adler (aurelieadler@gmail.com) et Anne Coudreuse (anne.coudreuse@yahoo.fr) pour le 15 janvier 2018.

 

Les articles de 35000 signes sont à remettre pour le 15 juin 2018.

 

[1] Françoise Simonet-Tenant (dir.), Dictionnaire de l’autobiographie. Écritures de soi de langue française, Paris, Champion, « Dictionnaires et références », 2017.

[2] René Démoris, Le roman à la première personne. Du classicisme aux Lumières[1975], Genève, Droz, « Titre courant », 2002.

[3] Shakespeare et l’esthétique du romanesque, hors-série de la revue Romanesquesdirigé par Camille Guyon-Lecoq, Isabelle Hautbout et Audrey Faulot (à paraître aux éditions Classiques Garnier en janvier 2018).

[4] Northop Frye, Anatomie de la critique [1957], trad. de l’anglais par G. Durand, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des sciences humaines », 1969, p. 226.

[5] Charles Grivel, Production de l’intérêt romanesque, La Haye-Paris, Mouton, 1973.

[6] Raphaël Baroni, La tension narrativeSuspense, curiosité, surprise, Paris, Seuil, 2007.

[7] Voir les quatre composantes thématiques et structurelles retenues par Jean-Marie Schaeffer dans « La catégorie du romanesque », in Gilles Declercq, Michel Murat (dir.), Le romanesque, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2004, p. 291-302.

[8] J.-M. Schaeffer, art. cit., p. 302.

[9] Alain Schaffner considère ainsi le romanesque comme un « embrayeur culturel » : à une époque donnée, le romanesque engage un imaginaire culturel et social spécifique, renvoie à l’idéal qu’une société se donne, voir « Le romanesque, idéal du roman ? », in Le romanesqueIbid. p. 272.

Voir https://www.u-picardie.fr/unites-de-recherche/cercll/axes-de-specialites/roman-romanesque/roman-et-romanesque-439528.kjsp

Source: Fabula